Zika : Un possible cas d’infection au virus dans les Alpes-de-Haute-Provence

L’homme serait hospitalisé depuis son retour des Antilles dans un service de soin de la ville de Manosque.

Suivi dès la fin du mois d’Avril, son cas serait qualifié « d’importé » par les autorités sanitaires. En tout, une vingtaine d’infections au virus Zika auraient été confirmées depuis le début de l’année.

zika france

Des complications neurologiques suspectées

Alors que les différentes informations autour de la progression de Zika dans le monde s’étaient faites un peu plus rares ces derniers temps, voilà que le virus fait à nouveau parler de lui.

Cette fois il a traversé les frontières pour venir s’installer dans le sud de la France. Jusqu’ici et depuis le mois de Janvier, trois cas ont été dénombré dans les Alpes de Haute-Provence, sept cas dans les Alpes-Maritimes, neuf dans les Bouches-du-Rhône, cinq dans le Var et un dans le Vaucluse.

Toutefois selon le docteur Aboukais médecin au service de veille sanitaire de l’ARS (Agence Régionale de Santé) PACA, et bien que le patient présente des complications neurologiques, la situation n’aurait rien d’alarmante :

« Le cas est confirmé mais ce n’est pas un cas grave, il y a des complications neurologiques mais elles n’ont pas de lien avec ZikaNous avons un infectiologue sur place qui traite le patient. Les méthodes de prévention sont les mêmes que pour tout autre virus : quand il s’agit de méningite, nous en prenons également.

Le personnel adopte masques et tenues en fonction des pathologies ; ces précautions visent à protéger le patient, le personnel et les visiteurs. »

Et de rappeler que plus de 200 cas ont d’ores et déjà été signalés en métropole depuis le début de l’année tout en précisant que 80 à 85% de leur totalité sont asymptomatiques.

« Le plus souvent, il n’y a pas lieu d’hospitaliser la personne, un simple traitement antalgique, contre la douleur et la fièvre, suffit. »

Le médecin rappelle toutefois que si le virus Zika se transmet majoritairement par le biais de la piqûre d’un moustique infecté, la contamination peut également avoir lieu par voie sexuelle. Si vous vous rendez dans un pays concerné par l’épidémie, il est recommandé d’utiliser un préservatif pendant les deux mois suivant votre retour.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !