Virus Zika : Et si les malformations observées chez les bébés étaient en fait dues à un pesticide ?

Alors que les cas de malformation chez le nourrisson sont de plus en plus nombreux et notamment au Brésil, pays le plus concerné par le virus Zika, certains chercheurs pointent du doigt le fait qu’un pesticide Monsanto pourrait être à l’origine des microcéphalies détectées jusqu’ici.

zika monsanto

Crédit : Gouvernement du Brésil

Un pesticide destiné à lutter contre le moustique tigre responsable des malformations

Plusieurs médecins argentins et brésiliens ne seraient pas d’accord avec l’hypothèse qui voudrait que les malformations de la boite crânienne observées chez de nombreux nouveau-nés au Brésil soient dues au virus Zika.

Selon eux, le responsable se trouverait plutôt du côte de Monsanto.

« La détection de milliers de cas de malformations congénitales chez des enfants dont les mères, enceintes, habitent dans des zones où le gouvernement brésilien a ajouté du pyriproxifène à l’eau potable, ne relève pas d’une coïncidence, bien que le ministère de la Santé mette en cause le virus Zika dans ces dommages. »

Le pyriproxyfène est un pesticide commercialisé par un « partenaire stratégique » de la firme Monsanto, Sumitomo Chemical.

Utilisé depuis 18 mois au Brésil et recommandé par l’OMS dans la lutte contre le virus de la Dengue, ce produit est destiné à stopper la croissance des larves de moustiques tigre en causant leur mort, en des induisant des malformations chez les insectes ou en provoquant leur stérilité.

Dans leur rapport, les scientifiques avancent parmi d’autres arguments, le fait que Zika n’avait jusque là jamais causé de malformations chez les bébés et ce même dans les zones précédemment touchées où 75% de la population avait été atteinte. Selon eux, sur 404 cas de microcéphalie avérés au Brésil, seuls 17 soit 4.2% étaient porteurs du virus Zika.

Ce rapport n’est d’ailleurs pas le seul à incriminer le pyriproxifène. Abrasco, une association de scientifiques dénonce elle aussi les ravages du pesticides tant sur l’environnement que les humains sans selon eux, faire reculer le nombre de moustiques vecteurs des différents virus.

Toutefois, les conclusions de l’OMS ne sont pas encore connues, et si deux études semblent démontrer la présence du virus Zika dans le cerveau des nourrissons atteints de microcéphalie, rien n’est encore officiel.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !