Les véhicules d’avant 1997 interdits de circuler à Paris dès le 1er juillet

Longtemps évoquée, la mesure d’interdiction des voitures les plus polluantes sera effectivement appliquée à Paris dès le 1er juillet 2016, grâce à un accord trouvé entre la Marie de la ville, le Groupement des autorités responsables de transport (GART), qui représente de nombreux élus locaux, et le ministère de l’Environnement.

voitures interdits de circuler parsis

Dans le cadre de son plan de lutte contre la pollution, la mairie de Paris avait établi depuis plusieurs mois un calendrier de restriction de la circulation pour les véhicules les plus polluants. Comme pour les bus et les poids lourds l’été dernier, l’interdiction de circuler pour les voitures était prévue pour entrer en vigueur le 1er juillet. Les deux roues et les camionnettes utilitaires sont également concernées. Il fallait encore finaliser les paramètres d’application de cette mesure, notamment avec un alignement entre la Mairie de Paris et l’État.

L’accord, tel qu’il a été révélé par Les Echos concerne les « certificats de qualité de l’air » qui seront finalement bel et bien au nombre de six comme suggéré par la Mairie, alors que la ministre de l’Environnement Ségolène Royal en proposait quatre.

Les six pastilles de différentes couleurs seront apposées sur les pare-brise des véhicules. Chaque couleur représentera le degré de pollution de l’air, notamment en fonction de l’ancienneté du véhicule et de sa motorisation. Ces pastilles doivent aider les forces de l’ordre à filtrer les automobiles.

certificat qualite air

Interdiction de circuler pour les voitures d’avant 1997

Dès le 1er juillet, tous les véhicules (essence ou diesel) immatriculés pour la première fois avant le 1er janvier 1997 feront l’objet d’une interdiction de circuler à l’intérieur de Paris. En ce qui concerne les deux-roues motorisés, leur première immatriculation ne devra pas être antérieure au 31 mai 2000 (classe 1 étoile).

La sanction prévue pour le non-respect de la mesure est une amende de 35 à 450 euros. Les véhicules pourront également être immobilisé ou mis en fourrière.

La mairie explique que moins de 30 000 véhicules particuliers classés 1 sont concernés, soit 10 % du parc automobile actuel. En 2020, seuls les véhicules post-2010 seront tolérés.

L’association 40 millions d’automobilistes qui dénoncent le caractère « socialement injuste des mesures qui pénalisent en premier les plus modestes » a lancé le 11 mai, une action collective en justice contre la Mairie de Paris. Cela n’empêchera vraisemblablement pas ces mesures d’être appliquées.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !