Un fœtus extrait de l’abdomen d’un garçon de 4 ans

Que voici un fait divers d’une extrême rareté. Lundi dernier, un petit indien de 4 ans a été opéré suite aux très fortes douleurs dont il se plaignait. Et alors que le chirurgien croyait avoir affaire à l’extraction d’une tumeur, il s’est avéré que le jeune enfant portait en lui un fœtus mort.

Cette anomalie extrêmement rare, qui concernerait environ une naissance sur 500 000 bébés nés vivants, possède néanmoins une explication médicale qui porte un nom : fœtus in foetu (fœtus dans le fœtus). Qu’on se rassure, le petit garçon a survécu à cette opération.

foetus

L’enfant portait son frère siamois en lui

Résultant d’une gémellité défaillante dans le ventre de la mère, ce cas médical n’est pas nouveau. Une occurrence similaire avait déjà fait les gros titres des revues scientifiques en 2009 lorsqu’une petite fille chinoise, âgée d’un an, avait dû subir pareille intervention chirurgicale. Les livres spécialisés font même état de faits analogues depuis le Moyen-âge. Il est d’ailleurs probable que cette spécificité existe depuis la nuit des temps, bien que pour l’instant aucun rapport précis sur le sujet ne l’ait prouvé.

On sait cependant comment se configure ce genre de malformation pour le peu atypique. Il s’agit en fait d’une scission de l’œuf dans lequel s’est donc développé deux bébés identiques. Sauf qu’au lieu de se constituer distinctement, un des deux fœtus s’est intégré à la paroi abdominale de l’autre. Le plus surprenant dans cette histoire « insolite » c’est alors que les médecins ne se s’en soient pas rendu compte du problème au moment des examens médicaux.

Heureusement, tout est bien qui finit bien. L’anomalie dont a souffert le petit garçon est rentrée dans l’ordre puisque son frère siamois, qui était presque entièrement formé (il avait deux mains, des ongles aux doigts, deux jambes, une tête quasiment constituée), a été extrait avec succès. Rappelons alors que cette situation aurait pu entraîner la mort du petit garçon.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !