Twitter : le réseau social supprime sur demande les tweets plagiés

Twitter est le réseau social par excellence ou tout va vite. Le partage y est quasi instantané, les réactions spontanées et c’est bien ce qui plaît.

L’oiseau à lui-même fait preuve de réactivité en répondant favorablement à une demande de suppression de tweets plagiant la blague originale d’une utilisatrice américaine.

twitter traque le plagiat

Twitter, ce sont 140 caractères qui peuvent servir à la fois à relayer les plus grandes causes, être un outil marketing redoutable, partager une actualité ou relayer des histoires drôles. De nombreux indépendants l’utilisent comme média gratuit et puissant pour la promotion de leur site, leur livre ou de tout autre produit.

C’est le cas d’une twitteuse américaine auteure freelance de son métier, sous le pseudo @runolgarun. La jeune femme qui publie régulièrement des blagues de sa création dans le but de les tester sur son audience, vient en effet de formuler une demande de suppression de tous les tweets reprenant sa blague à travers le réseau de micro-blogging.

« J’ai simplement expliqué à Twitter qu’en tant que pigiste, je fais mes blagues en direct (et j’utilise certains de mes tweets pour tester des blagues). J’ai alors souligné qu’en tant que telles, les blagues sont ma propriété intellectuelle, et que les utilisateurs en question n’ont pas eu ma permission de les rediffuser, sans même me donner le crédit ».

Requête accordée ; les tweets incriminés apparaissent aujourd’hui avec la mention « ce tweet de @ a été supprimé en raison d’une demande du titulaire du droit d’auteur ». C’est aussi simple que ça et selon l’utilisatrice Twitter ne lui aurait demandé aucun complément d’information.

Et pour cause, il existe en réalité un formulaire disponible en ligne spécialement créé pour signaler ce type d’infraction.

Bon, Twitter protège la propriété intellectuelle et c’est très bien, mais la pratique peut amener à s’interroger sur les limites de cette dernière (et spécialement dans le cas de plaisanteries) lorsqu’il s’agit de textes livrés consciemment par leurs auteurs, sans protection, à une communauté illimité.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !