Tinder et Grindr : Selon une association américaine ces applications favorisent la prolifération des IST

Connaissez-vous les infections sexuellement transmissibles ? Il s’agit de toutes les maladies infectieuses que l’on peut attraper lors de différentes formes de rapports sexuels avec des partenaires multiples et / ou successifs.

Très contagieuses, elles présentent presque toutes un degré de récidive élevé et demande souvent le traitement des deux partenaires pour être enrayées.

L’association AIDS Healthcare Foundation dénonce selon elle, l’implication d’applications pour smartphone comme Tinder et Grindr, dans la prolifération de ces infections.

tinder grindr ist

crédit : aidshealth

Pour ce faire, AHF a choisi de mettre en place une campagne d’affichage dans les rues très fréquentées de Los Angeles. Il est donc possible de voir ce genre de panneaux mettant en relation Tinder et la chlamydia ou Grinds et la gonorrhée un peu partout en traversant la cité des anges.

Ces deux applications, disponibles sur iOS et Android, permettent à celui ou celle qui le souhaite de faire de nouvelles rencontres (et plus si affinité) par la géolocalisation de chaque utilisateur.

Whitney Engeran-Cordova, directrice de la division santé publique de l’association déclare :

« Les applications mobiles de rencontres destinées aux jeunes adultes sont en train de profondément altérer le paysage en rendant les rapports sexuels occasionnels aussi facilement disponibles qu’une pizza que l’on commande en ligne. »

Différentes études américaines viennent en appui de tels propos avec une réelle explosion des taux de diagnostic de certaines IST comme par exemple dans l’état du Rhode Island pour l’année 2014 ; + 30% de gonorrhée, + 33% de VIH et surtout + 79% de syphilis une maladie vénérienne très contagieuse aux conséquences parfois dramatiques.

Tinder demande le retrait des panneaux

Les dirigeants de l’application Tinder n’ont pas tardé à réagir en accusant AHF de chercher à nuire à leur image puis en obtenant par voie judiciaire une « ordonnance de cessation et d’abstention » destinée à faire retirer les affiches.

Demande d’ores et déjà refusée :

« Ce message de mise en garde a pour objectif d’attirer l’attention des utilisateurs d’applications de rencontre sur leur hygiène sexuelle et l’importance de se faire tester régulièrement pour le VIH et les MST. (…) Nous souhaitons travailler avec ces applications pour informer et éduquer les gens sur la prévention et les tests pour les MST. »

Il faut rappeler que les IST (Infections sexuellement transmissibles) peuvent être très contagieuses quel que soit le rapport sexuel pratiqué. Le meilleur moyen pour s’en protéger reste le préservatif et le dépistage régulier.

En France il est possible de le réaliser, le plus souvent gratuitement, dans un centre de planification familiale (CPEF), dans un centre de protection maternelle et infantile (PMI), dans les centres d’information de dépistage et de diagnostic des IST (CIDDIST) ou les centres de dépistage anonymes et gratuits (CDAG) ainsi qu’en demandant conseil à votre médecin ou à votre gynécologue.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !