TGV : Quelles sont les lignes championnes des retards ?

Pour les retards de TGV, tous les voyageurs ne sont pas logés à la même enseigne. Aussi, le mois de juillet est celui où l'on enregistre le plus de retards. C’est le constat que relève le magazine 60 millions de consommateurs après l’analyse des données de ponctualité de la SNCF, disponibles en accès libre.

Sncf retards

Pour qu’un train soit considéré comme en retard, son arrivée doit avoir eu lieu au moins cinq minutes après l’heure prévue. Cela concerne les trajets qui durent moins d’1 h 30. Pour ceux qui durent entre 1 h 30 et 2 h, il faut au moins 10 minutes de plus que l’heure prévue. Enfin, pour les trajets plus longs, les trains doivent avoir dépassé de plus de 15 minutes l’heure d’arrivée.

Analyse faite, le constat qui se dégage est qu’en moyenne 1 TGV sur 10 accuse du retard chaque année.

Départ en vacances rime avec retards de trains

Alors que juillet vient de commencer, les usagers doivent se dire que les retards sont le plus enregistrés au cous de ce mois. En effet, si la moyenne globale des retards est de 10,7 %, le mois de juillet affiche le taux le plus élevé avec une moyenne de 12,8 % sur les trois dernières années Celle la plus élevée a été constatée en juillet 2015, avec 16,43 % de retards.

Ce constat n’a rien d’étonnant. Début de vacances estivales oblige, les juillettistes affluent dans les gares SNCF. Toutefois, curieusement, le mois suivant enregistre de meilleurs chiffres. En effet, d’après 60 millions de consommateurs, « Août est généralement plus calme sur le front des retards ».

Trajet Lyon-Lille, champion de France des retards

60 millions de consommateurs a également établi le palmarès des villes les plus ponctuelles. Sur ce plan, il y a les bons et les mauvais élèves. Les trains à destination de l’Est sont ceux les plus ponctuels, contrairement à ceux qui se rendent dans les Sud.

Reims-Paris rafle la palme du plus faible taux de retard avec seulement 4,3 %, suivi de près par Paris-Nancy qui affiche une moyenne de 4,36 %. Viennent ensuite les lignes Paris-Dijon, Nancy-Paris, Besançon-Paris qui enregistrent elles aussi une moyenne inférieure à 5 %.

À l’autre bout du classement, parmi les derniers, les lignes les moins ponctuelles affichent des taux de retard cinq fois plus élevés que les meilleurs (au dessus de 20 %). C’est le trajet Lyon-Lille qui bat le record avec 26,38 % de retards de train, suivi de Marseille-Lille (25 %) et Lyon-Monpellier (23 %). Il s’agit surtout de lignes empruntant la vallée du Rhône, où le réseau ferré est saturé.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !