185 produits cosmétiques composés de substances inquiétantes à éviter selon Que Choisir

Une nouvelle fois l’UFC-Que Choisir alerte les consommateurs sur les dangers que leurs font courir de nombreux produits cosmétiques vendus en grandes surfaces et boutiques spécialisées. Du maquillage au produits d’hygiène en passant par les coiffants, 185 cosmétiques ont révélé contenir des substances classées comme préoccupantes pour notre santé.

produits-dangereux-cosmetiques

 

Allergènes, composés toxiques et perturbateurs endocriniens

Qu’il s’agisse du dentifrice, du gel à cheveux, du shampoing ou encore des déodorants et des gels douche les substances préoccupantes mises en lumières par l’UFC-Que Choisir sont partout et concernent toutes les marques. Au total, 185 produits que l’association appelle à ne plus acheter, sont répertoriés.

« Malgré les alertes répétées des toxicologues et des dermatologues, les fabricants n’ont toujours pas changé leurs pratiques », assure lundi l’association de défense des consommateurs qui propose une carte-repère avec les douze substances les plus à risque à éviter. »

allergenes parfums conservateurs

 

sustances eviter

Parmi eux se trouvent des grandes marques comme Roc, L’Oréal, Pampers, Nivea, Bébé Cadum, Mixa, Carrefour et Leclerc. On relève ainsi pas moins de 55 produits contenant de la Methylisothiazolinone (MIT) pour laquelle la Ministre de l’écologie Ségolène Royal a demandé l’interdiction notamment dans le cadre des produits sans rinçage comme les lingettes pour bébé.

Mais ce n’est pas tout, 101 autres articles contiennent des perturbateurs endocriniens induis par la présence de filtres UV « totalement inutiles dans des eaux de toilette, des démaquillants ou des produits capillaires. »

Et pourtant chacun des produits cités comme le baume hydratant apaisant bonne nuit Bébé Cadum, l’eau pure eau de toilette vaporisateur de Biotherm, le ciment spécial pointes trésor reconstituant à la propolis chez Ultra Doux de Garnier et le lait de toilette très doux Mixa Bébé comporte des mentions du type « hypoallergénique » ou « doux avec la peau »  destinées à rassurer mais donc aussi à tromper le consommateur.

L’UFC-Que Choisir appelle les consommateurs à agir et surtout « recommande de ne plus acheter les produits contenant ces composés, notamment pour les usages les plus à risques (bébés, enfants, produits non rincés) ».


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !