Selon Tim Cook, Apple fait les beaux produits

Décédé il y a quatre ans jour pour jour, Steve Jobs a laissé une trace indélébile dans l’histoire de l’électronique grand public. Tim Cook directeur général d’Apple depuis le 24 août 2011 et la démission du créateur de la multinationale à cause de la maladie qui ébréchait déjà sa santé, a tenu à lui rendre hommage.

Pour témoigner toute sa reconnaissance et son égard envers le défunt entrepreneur américain, l’actuel PDG a écrit et transmis une note interne à tous les collaborateurs du groupe.

Dans cet élan de gratitude, il a cependant oublié de remercier tous les ouvriers et les quelques enfants qui passent en moyenne 60 heures de leur temps hebdomadaire dans les usines chinoises à fabriquer iPhone, iPad, Mac et autres iTouch, pour un salaire moyen et approximatif de 112 euros par mois.

steve jobs tim cook

Un hommage qui coïncide avec la sortie du second biopic sur Steve Jobs

Steve Jobs a décidemment marqué toute sa génération et même la suivante et les prochaines très certainement encore. Cet homme a laissé un héritage considérable, un héritage qui prospère comme jamais auparavant.

A croire que sa mort a rendu Apple encore plus puissant. Il suffit simplement de regarder les chiffres pour se rendre compte que les produits estampillés de la pomme croquée se vendent comme des petits pains. Pour preuve, l’iPhone 6S s’est écoulé à 13 millions d’exemplaires en l’espace d’un week-end qui a suivi sa sortie, le vendredi 25 septembre 2015.

Mais il n’y a pas que du côté des consommateurs que ce personnage continue d’attiser l’admiration. On a déjà eu droit à de nombreux livres sur lui et maintenant à deux films retraçant son parcours.

Le dernier en date sort d’ailleurs aujourd’hui, en ce mercredi 7 octobre 2015. Réalisé par Danny Boyle, qui s’est très largement inspiré de la biographie écrite par Walter Isaacson, ce nouveau Biopic fait déjà polémique, car il dépeint « un portrait douloureusement humain de l’icône d’Apple », d’après les mots écrits par le critique de cinéma du site web Wired. Humain, trop humain…


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !