Soins dentaires : les plombages au mercure sont-ils néfastes pour la santé ?

De quoi sont faits les plombages dentaires ? Sont-ils sans risques pour la santé ? Des chercheurs se sont penchés sur la question.

soins-dentaires

Plusieurs substances sont utilisées dans la fabrication des amalgames dentaires : mercure, cuivre, étain et autres métaux. Le mercure est l’un des plus utilisés en raison non seulement de son efficacité pour obstruer les dents cariées, mais aussi de son coût plus accessible.

Des taux de métaux très élevés dans le sang

Les chercheurs ont étudié plus de 15 000 personnes, en cherchant à déterminer les niveaux d’exposition au mercure, mais aussi à partir de quelle proportion la substance pouvait être toxique pour la santé. Selon les résultats de leur étude, les personnes portant plus de 8 plombages aux mercures présentent des taux de ce métal 150 fois supérieurs à la normale, et c’est à partir de ce niveau que l’exposition deviendrait néfaste pour la santé, sachant qu’un quart des adultes reçoit en moyenne 11 soins ou plus. La moyenne quant à elle est de 3 plombages par adulte.

Les risques sanitaires

Dans des proportions élevées, le mercure peut s’avérer toxique pour le cerveau, le cœur, les poumons, les reins, mais aussi pour le système immunitaire.

Depuis 1991, l’OMS annonçait déjà que les amalgames dentaires étaient la plus grande source de mercure pour la population générale non-exposée de façon industrielle (environnement, alimentation). Le seul moyen de déterminer notre charge en mercure est d’effectuer une analyse sanguine combinée à celle d’un échantillon de cheveux et d’urine.

Peu d’alternatives au mercure

Ce métal est pour les dentistes le meilleur pour une obturation sûre, antibactérienne et durable (30 à 40 ans). Les composants alternatifs offrant un niveau de qualité comparable sont rares. Parmi ceux-ci, on retrouve les résines composites dentaires. Mais là encore, les risques sanitaires sont présents puisque ces résines peuvent libérer de petites quantités de bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien.

En raison de ses effets néfastes pour la santé, le BPA est interdit en France depuis 2015 dans tous les contenants alimentaires.

Les résultats de cette étude américaine ont été publiés dans la revue Ecotoxicology and Environmental Safety.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !