Sieste : Comment bien récupérer et bien dormir ?

Bien faire la sieste c’est tout un art ; dormir au bon moment, trouver le bon endroit et surtout la durée de repos idéale afin de recharger ses batteries sans empiéter sur la prochaine nuit. Heureusement, il existe des études qui nous expliquent comment pratiquer à bon escient ce petit plaisir plus vraiment coupable.

homme sieste

Une sieste peut durer entre 20 minutes et 3 heures en fonction du besoin

Si l’habitude n’est pas encore prise en France, de nombreux pays à travers le monde sont, à l’image du Japon où des salles de repos sont prévues dans certaines entreprises, de fervents adeptes de la sieste quotidienne et donc au travail. Loin du petit moment de fainéantise que l’on s’accorde discrètement, la sieste possède en réalité de nombreuses vertus scientifiquement prouvées.

Ses adeptes subiraient en effet moins d’accidents cardio-vasculaires et seraient globalement plus en forme et plus productifs.

Toutefois, il existe deux types de siestes qui peuvent varier à la fois en fonction de vos besoins en sommeil, mais aussi de votre qualité de sommeil ; si la moyenne est de 20 minutes mais qu’exceptionnellement l’assoupissement peut être prolongé jusqu’à 3 heures, cela ne doit surtout pas être le cas pour les insomniaques.

La sieste parking

Elle ne prend jamais plus de 30 minutes mais en offre au moins 10 de repos à celui qui la pratique. Le repos court est fait d’un sommeil léger qui ne passe pas en phase profonde, au cours duquel le cerveau envoi des ondes relaxantes pendant que le cœur et la respiration ralentissent.

Ce petit temps de détente peut avoir lieu à peu près n’importe où comme sur une chaise, dans la voiture et même dans un lit mais sans couverture et en habits de jour. Au réveil l’humeur est meilleure ainsi que les capacités de vigilance et de concentration.

La sieste longue

Il s’agit ici d’un temps de sommeil équivalent à un cycle ou deux soit 1h30 à 3 heures de repos qui va venir équilibrer un manque de sommeil lié à une ou plusieurs nuits écourtées. Complètement différent de la sieste parking, celle-ci ne se pratique pas au travail mais à la maison, dans un lieu confortable comme le lit et en tenue de nuit.

Dans la mesure où elle inclus tous les temps de repos, sommeil léger, profond, très profond et paradoxal, la longue sieste offre une récupération complète à la fois sur le plan physique et sur le plan mental. Selon Bertrand de la Giclais, responsable du centre du sommeil d’Annecy-Argonay :

« Si elle (le sieste longue) permet par exemple de récupérer d’une nuit blanche ou excessivement courte, elle est en revanche strictement contre-indiquée aux insomniaques. En effet, ceux-ci étant de petits dormeurs, les heures passées à dormir dans la journée ne sont plus “récupératrices”, mais empiètent sur la nuit suivante, qui risque d’être encore plus difficile et perturbée. »


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !