Selon Greenpeace 90% des vêtements de sport seraient truffés de substances toxiques

Selon la dernière étude de l’ONG Greenpeace, les vêtements de sport, de running et d’outdoor en général contiendraient des traces de substances chimiques nocives pour la santé, notamment des PFC.

vetements sport

De nombreuses marques et produits concernés

Pour réaliser son enquête, Greenpeace a réuni 40 produits différents allant des vêtements de sport aux chaussures en passant par les tentes, les sacs à dos et les sacs de couchage.

En veillant à prélever des articles de 11 différentes marques comme The North Face, Jack Wolfskin, Patagonia, Mammut, Norrona et Salewa, fabriqués et achetés dans 19 pays différents, l’ONG a réalisé toute une batterie de tests pour arriver à un constat des plus alarmants.

Sur les 40 produits testés, 36 (soit 90%) ont révélé des traces de PFC (composés perfluorés ou polyfluorés) dont certains dits à « chaîne longue » des plus dangereux. Comme le montrent les graphiques publiés avec l’étude, les chaussures et les pantalons sont particulièrement concernés.

pantalons greenpeace

crédit : greenpeace

Mais au delà des produits concernés, ce sont surtout les propriétés anti-tâches et imperméables des marchandises qui sont à incriminer.

Afin de répondre à ces critères, les vêtements, tentes et chaussures de sport ou de randonnées contiennent des polymères chimiques utilisés comme agents antiadhésifs. Inscrits au Protocole de Kyoto comme faisant partie des 6 principaux gaz à effet de serre, on les retrouve également dans certains emballages destinés aux produits alimentaires.

Greenpeace rappelle que ces composés sont particulièrement volatiles et qu’une fois dans la nature, il est pour ainsi dire impossible de les éliminer. Leur temps de dégradation est très long et enfin, il arrive que certaines de ces substances toxiques s’immiscent dans la chaîne alimentaire.

Certains ont d’ailleurs été retrouvés dans le foie d’ours polaires et de dauphins mais aussi dans l’eau de la neige de certaines régions montagneuses aux quatre coins du monde.

« La nature est au cœur des arguments marketing des marques mises en cause. Pourtant, les produits qu’elles utilisent pour fabriquer leurs vêtements et accessoires nuisent à l’environnement ».


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !