Rynomotors crée la moto monocyle en s’inspirant de Dragon Ball

La société Rynomotors ne cache pas son intérêt pour la technologie pouvant sortir tout droit de la science-fiction. Aussi, il savent se fixer des challenges et les atteindre. En tout cas, c’est un peu comme cela qu’a démarré le projet de la Ryno, monocyle motorisé directement inspiré de celui du personnage de Lunch dans le manga d’Akira Toriyama, Dragon Ball.

Lunch Dragon Ball Moto Ryno Monocycle

La génèse du projet aurait été initié par la fille du concepteur, Chris Hoffman. Après avoir vu un épisode de l’anime Dragon Ball, elle aurait demandé à son père si celui-ci pensait que la moto du personnage Lunch, la jeune fille à double personnalité, pouvait être réalisée dans la vraie vie.

Il est curieux que de véritables constructeurs n’y aient pas pensé plus tôt tant le design de la moto du manga est attrayant et semble particulièrement maniable et conçu pour la ville. Il aura fallu qu’une petite fille demande à son père s’il se sentait capable de le faire.

Premièrement, la Ryno est esthétiquement réussie. Elle fonctionne grâce à un moteur électrique, elle maintient sa stabilité constante en ayant recours à un gyroscope et un accéléromètre. Une fois chargée, son autonomie est sensée atteindre les six heures d’utilisation.

Pouvant supporter une charge de 110 kg. Petit gabarit, elle peut rouler à 16 km/h au maximum, ce qui est la limite autorisée pour ce genre d’engin.

Lunch Dragon Ball Moto Ryno Monocycle

L’équipe de The Verge a eu la chance de tester cet engin venu de l’univers de Toryiama, et les impressions présentent la Ryno comme un moyen de locomotion stable, plus stable qu’une moto habituelle. Pour freiner, nul besoin d’utiliser les commandes car le simple fait de se redresser influerait sur le comportement du monocycle.

Coûtant environ 4000 €, cela fait d’elle un objet onéreux mais qui saura trouver son public. Les services de police, d’aéroports et tous les travaux nécessitant de couvrir de grandes distances seraient les premiers intéressés.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !