Réchauffement climatique : un gigantesque glacier va se détacher de l’Antarctique

Dans la péninsule Antarctique, un énorme glacier de la taille du département du Jura ou des Bouches-du-Rhône est sur le point de se détacher.

Illustration

5 000 km2 de superficie, c’est la taille de l’immense glacier qui est en passe de se séparer de la zone C de la barrière Larsen, dans l’Antarctique. C’est ce que viennent de révéler des scientifiques des universités de Swansea et d’Aberystwyth, au Pays de Galles.

Depuis plusieurs années, ce glacier se fissure progressivement, mais le processus s’est soudainement accéléré ces 6 derniers mois, particulièrement depuis la seconde moitié de décembre 2016. La fissure s’est allongée de 18 km supplémentaires pour atteindre 80 km. À présent, il ne reste plus que 20 km qui retiennent le bloc et qui l’empêchent de se détacher de la banquise Larsen C.

Les niveaux records de températures ne sont pas étrangers à ce phénomène observé ces derniers temps au niveau de la plateforme glacière Larsen C. Si cette accélération se poursuit à ce rythme, pas besoin d’être un as des mathématiques. Les 20 km de sursis n’existeraient plus d’ici les prochaines semaines, créant l’un des plus grands détachements de glacier jamais connus.

La barrière de glace de Larsen est en fait constituée par une série de trois barrières (Larsen A, B et C). Ce n’est pas la première fois qu’un détachement de glacier va se produire sur cette banquise. En effet, un morceau s’était déjà séparé de Larsen A en janvier 1995, puis une seconde au niveau de larsen B en février 2002. Larsen C, le plus grand des trois segments est lui aussi sur le point de connaitre un détachement qui sera aussi le plus important (5 000 km2 ).

Les scientifiques craignent désormais que cette catastrophe engendre un déséquilibre sur tout le reste de la banquise. « Nous sommes convaincus, mais d’autres ne le sont pas, que le reste de la banquise sera moins stable qu’aujourd’hui », a déclaré Adrian Luckman, professeur à l’université de Swansea.

Le bilan climatique de l’année 2016 est désormais connu et sans appel, elle a été l’année la plus chaude jamais connue depuis le début des relevées météorologique. Depuis 3 ans, les années se referment en établissant un nouveau record. C’était déjà le cas en 2014 et en 2015, il n’est donc pas étonnant que les fontes de glacier et les détachements se produisent de plus en plus.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !