Insolite : Quand des déchets illégaux retournent chez leur propriétaire

Rapportée par France 2, qui en a d’ailleurs fait un reportage diffusé la semaine dernière, la démarche du maire de Laigneville en matière de lutte écologique est aussi insolite que drastique. Pour mettre fin au dépôt de déchets dans et autour de sa commune, Christophe Dietrich a décidé de se lancer à la chasse aux « délinquants écologiques », ces personnes qui n’hésitent pas à déverser leurs ordures dans la nature.

Sa méthode ? Il a affecté des employés municipaux à une tâche plutôt particulière. Ces derniers ont pour mission de fouiller dans les ordures sauvages afin de retrouver la trace des personnes qui les ont laissées telles quelles sans se soucier du paysage et des effets néfastes pour la planète.

decharge sauvage

Une méthode pour en finir avec la délinquance écologique

Avec près de 4500 habitants, Laigneville, petite ville de l’Oise, pourrait bientôt servir d’exemple. Depuis le début de l’initiative de leur maire en novembre 2014, les laignevillois ont sensiblement changé les mauvaises habitudes que certains d’entre eux avaient prises en ce qui concerne le recyclage des déchets, ou plutôt le non-recyclage, pour être plus juste.

Il ne s’agit pas là de stigmatiser ces habitants, mais bel et bien de montrer le changement d’attitude opéré depuis la mise en place de cette traque aux délinquants écologiques qui sévissaient dans la commune picarde et ses alentours. Selon les observations du maire divers-droite, en moins d’un an le constat est très encourageant. « Nous avons 90% de déchets en moins sur la commune » s’est-il félicité dans le reportage de France 2.

Pour inciter les pollueurs à ne plus recommencer, le maire a donné à dix employés municipaux la responsabilité de retrouver les auteurs des faits et de leur « restituer » leurs « biens ». La procédure est alors la suivante : le pollueur est identifié grâce à un indice, tel qu’une « facture EDF » par exemple, et les employés municipaux lui rapportent ses ordures directement à son domicile.

Bien que ce procédé puisse paraître illégal et qu’il n’a pas toujours été des plus précis (en effet, on voit dans le reportage que le maire se trompe de cible et qu’il déverse les ordures sur la propriété d’un foyer qui n’a rien à voir avec cette histoire), cet élu n’en démord pas et signe : sa décision est la marche à suivre.

Combien de maires seront-ils alors à emboîter le pas ? Réponse dans les prochains mois.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !