Préparez-vous à observer la pluie d’étoiles filantes des Géminides 2016

Comme tous les ans à la mi-décembre, la pluie d'étoiles filantes des Géminides illuminera le ciel, de quoi nous plonger un peu plus dans l’ambiance des fêtes de fin d’année.

 

Chaque année, entre le 4 et le 17 décembre, une nuée de débris cosmiques provenant non pas d’une comète, mais de l’astéroïde Phaéton traversent l’atmosphère terrestre. On les appelle les Géminides, puisqu’ils trouvent leur origine dans la constellation du Gémeau.

Au cours de cette période, Phaéton, qui suit une orbite inhabituelle se retrouve tout près du soleil, ce qui entraîne une importante augmentation de la température du corps céleste. Ceci provoque à son tour un important dégagement de poussières et de gravillons qui pénètrent dans l’atmosphère terrestre, et se transforment en étoiles filantes.

Le pic d’activité sera atteint dans la nuit du 13 au 14 décembre, entre minuit et 2 heures du matin, quand la Terre traversera la partie la plus dense de cette traînée de débris cosmique. À ce moment-là, entre 120 et 160 météores par heure défileront au-dessus de nos têtes. Prenez donc le rendez-vous afin d’observer la dernière pluie d’étoiles filantes de l’année.

Un spectacle atténué par la pleine lune

C’est le bémol à faire remarquer puisque le phénomène coïncidera avec la pleine lune de décembre dont l’éclairage viendra atténuer la brillance de ces étoiles filantes. Ces dernières seront donc moins observables individuellement. Mais la bonne nouvelle, c’est que les Géminides sont si brillantes que leur fusion dans l’atmosphère produit une lumière très vive qu’il sera tout de même possible d’apercevoir.

Où faudra-t-il se situer pour bien observer ?

Les Géminides sont observables depuis n’importe quel endroit du monde, et vous n’aurez pas à tourner votre regard vers un horizon précis. Fixez n’importe quel point du ciel, mais n’oubliez pas de vous éloigner des éclairages publics et des pollutions lumineuses afin de profiter du spectacle dans les meilleures conditions.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !