Pourquoi la lumière peut nous faire éternuer ?

Avez-vous déjà remarqué que lors d’une exposition brutale à la lumière du soleil, il pouvait vous arriver d’éternuer ? Si tel est le cas, sachez que vous venez de connaître un réflexe photo-sternutatoire.

Réflexe photo-sternutatoire ACHOO

Ce réflexe peut survenir alors que vous sortez d’un tunnel, d’un cinéma ou tout autre endroit vous ayant coupé de toute luminosité durant un certain temps. Il concerne entre 18 et 35 % de la population humaine.

Dénommé ACHOO syndrome (on notera l’inventivité au niveau de l’acronyme) pour Autosomal Dominant Compelling Helio-Ophtalmic Outburst syndrome, celui-ci bien qu’encore englobé de mystère, occupe une partie de la sphère scientifique de puis des siècles.

Aristote lui-même se serait interrogé en son temps au sujet du réflexe photo-sternutatoire, comme le relate cet extrait de la série de textes Problèmes, XXXIII-4 (traduction Jules Barthélemy-Saint-Hilaire) :

« Pourquoi éternue-t-on davantage quand on regarde vers le soleil ? N’est-ce pas parce que le soleil meut notre organe en réchauffant ? C’est le même effet que quand on se touche le nez avec des plumes. De part et d’autre, c’est la même action ; car en échauffant l’organe par le mouvement, on fait que l’humide se change plus vite en air ; et c’est la sortie de l’air qui est l’éternuement. »

L’identification du syndrome ACHOO

Au cours des années 1950, c’est le Professeur Sedan qui en France, a mené une batterie de tests afin de déterminer la source de ces éternuements intempestifs. C’est donc lui qui a constaté que l’exposition soudaine à la lumière provoquait ce réflexe, après avoir également essayé avec des flashes et de la lumière ultra-violette.

Ce curieux phénomène est dû à une anomalie congénitale à transmission autosomale c’est à dire que si l’un de vos parent est sujet à l’ACHOO, alors il y a 50 % de chances pour que vous le soyez aussi.

Bien que son origine physiologique soit encore à établir concrètement, certains affirment qu’elle prendrait sa source au niveau du cinquième nerf crânien appelé nerf trijumeau.

D’autres pensent qu’elle se localiserait plutôt au niveau des nerfs optiques. La lumière intense et soudaine apporterait un message électrique trop brutal, d’où une sur-stimulation de ces nerfs qui, en atteignant le nerf trijumeau, provoqueraient le réflexe photo-sternutatoire.

En ces jours de soleil intense, si vous êtes atteints de l’ACHOO, n’oubliez pas vos lunettes de soleil, notamment lorsque vous conduisez car un seul éternuement peut amener à une conduite à risque.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !