Pokémon Go : la Chine va entériner son interdiction sur son territoire

Nous sommes à présent loin de l’épicentre de la ferveur autour de Pokémon GO, même si l’opus de Niantic est encore beaucoup joué partout dans le monde. En chine par contre, il n’est toujours pas le bienvenu.

pokemon pikachu

Cela fait maintenant plus de six mois que Pokémon Go est apparu et a commencé à faire le tour du monde. S’il a battu tous les records dans l’univers des jeux mobiles, c’est bien sans compter la population chinoise, avec plus d’un milliard de potentiels joueurs. En effet, le jeu n’y est toujours pas lancé, et cela n’a rien à voir avec un éventuel manque de volonté de la part de Niantic. Les autorités chinoises bloquent toujours le déploiement du jeu dans l’Empire du Milieu.

Si les Chinois, très geek dans l’âme, rêvaient de voir la situation se débloquer dans un avenir proche, l’espoir semble aujourd’hui encore plus compromis. En effet, la SAPPRFT, une institution chinoise, vient de publier dans un rapport que l’État se devait de faire preuve « d’un haut niveau de responsabilité pour la sécurité nationale, la sécurité des vies et des biens des personnes ». Et pour cause, Pokemon Go représentait une « menace pour la sécurité de l’information géographique et pour le transport et la sécurité personnelle des consommateurs ».

Pour information, la SAPPRFT est un organisme public qui est notamment chargé de contrôler les médias et tout ce qui pourrait porter atteinte aux sensibilités du gouvernement chinois ou à la culture chinoise.

Cette observation du rapport n’est qu’indicative. Il revient maintenant à l’Administration d’État, de concert avec d’autres ministères concernés de prendre une décision définitive. Il semble cependant peu probable que les autorités chinoises passent outre les recommandations de la SAPPRFT, déjà qu’elles étaient hostiles au déploiement du jeu. La sortie de Pokémon Go en Chine n’est donc pas pour demain.

En France, Pokémon Go est disponible sur Andoid et iOS depuis le 24 juillet 2016


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !