La pilule contraceptive : un rempart contre le cancer de l’ovaire ?

Une étude italienne nous apprend que le nombre de décès lié au cancer des ovaires a baissé dans le monde. Elle attribue cette diminution à la prise des pilules contraceptives.

pilule

D’après les chercheurs de l’Université de Milan, la consommation à grande échelle de la pilule contraceptive aurait contribué à faire baisser le taux de mortalité par cancer de l’ovaire de 10 à 16 % selon les pays.

Entre 2002 et 2012, les pays de l’Union européenne auraient vu cette mortalité baisser d’une moyenne de 10 %. Mais il existe une disparité entre les 28 pays de l’union. L’Estonie a enregistré la plus forte baisse (28 %), suivie du Danemark (24 %) et du Royaume-Uni (22 %). La France quant à elle a connu une baisse de 13,2 %

En dehors de l’Europe, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont connu une baisse de mortalité due au cancer de l’ovaire d’environ 12 %, alors que les États-Unis ont enregistré une baisse de 16%.

Impact des contraceptifs oraux, mais pas que

Pour les chercheurs italiens, c’est la prise des contraceptifs oraux qui est le facteur qui a eu le plus d’impact et qui explique la chute du taux de mortalité constatée. Ils apportent donc une protection durable contre le cancer de l’ovaire. Des études précédentes avaient déjà montré que le risque de développer ce cancer pouvait baisser de 40 à 50% quand la pilule est consommée durant cinq ans ou plus.

Mais d’après l’étude italienne, un autre facteur pourrait également expliquer la diminution du taux de mortalité par cancer de l’ovaire : le déclin de l’utilisation du traitement hormonal substitutif (THS) chez les femmes ménopausées depuis une dizaine d’années.

Si l’évolution du taux de mortalité durant ces 10 dernières années est encourageante, les experts prédisent la poursuite de la pente descendante. D’ici 2020 il devrait encore baisser de l’ordre de 10 % dans l’Union européenne et de 15 % aux États-Unis.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !