Une pétition contre les barquettes en plastique dans les cantines scolaires

De nombreuses cantines utilisent des barquettes en plastique jetables pour servir les repas, et ce, malgré les risques sanitaires liés au réchauffage.

barquettes-plastique

À Strasbourg, des parents d’élèves ont décidé d’adresser une lettre commune, signée par plusieurs représentants désignés, afin d’interpeller la mairie sur l’utilisation de barquettes en plastique dans les cantines scolaires. Cette lettre vient à point nommé pour tenter d’influencer le renouvellement du marché public de la restauration scolaire de la ville, dont le processus vient d’être lancé pour le compte de la rentrée 2017.

« Nous demandons à notre ville d’arrêter de réchauffer les repas dans des barquettes en plastique et de choisir un matériau plus sain lorsqu’il est chauffé. »

Ils fondent leur demande sur des raisons de santé, mais aussi environnementales. Des études scientifiques montrent en effet que tous les plastiques rejettent des substances chimiques lorsqu’ils sont chauffés, notamment des perturbateurs endocriniens qui sont accusés d’être potentiellement responsables de problèmes sanitaires tels que les cancers, les malformations ou encore la stérilité masculine.

D’autre part, ces parents d’élèves avancent que l’utilisation des barquettes en plastique créée beaucoup de déchets au quotidien, alors même que l’incinérateur de la ville est à l’arrêt, ce qui génère des surcoûts pour les détourner ailleurs.

Pas de risque d’après les fournisseurs

Les barquettes en plastiques utilisées dans les cantines strasbourgeoises sont fabriquées par la société Rescaset.  Celle-ci affirme que ses emballages sont garantis pour ne pas contenir de bisphénol A, ni de phtalates, les principaux perturbateurs endocriniens retrouvés dans les conteneurs en plastiques. Toutefois, ces garanties sanitaires ne sont valables que lorsque la température des fours ne dépasse pas 130 degrés. Dans les écoles de Strasbourg, les fours sont réglés à 120 degrés maximum, afin que les aliments atteigne 63 °C.

De son côté, l’Alsacienne de Restauration, qui s’occupe des plats des cantines strasbourgeoises assure que ceux-ci sont livrés « en liaison froide » dans les écoles, qui se chargent de les réchauffer.  Mais malgré ces arguments avancés, beaucoup de parents restent difficiles à convaincre.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !