Un père interpellé par la police après avoir mis une fessée à son fils

S’agissait-il d’une simple fessée ou d’un acte plus violent ? C’est la question que soulève cette affaire dans laquelle un homme de 39 ans a été arrêté chez lui le week-end dernier à Lyon, accusé d’avoir administré une fessée à son fils devant son école.

Le père de famille lyonnais a été interpellé à son domicile ce samedi 11 juin à 9h 45 par la police. Celle-ci a été alertée par le personnel enseignant de l’établissement scolaire du garçon de cinq ans qui a suivi toute la scène.

fessee

L’enquête de la Sûreté Départementale a essayé de tirer l’affaire au clair et de déterminer le degré de gravité de la « correction » infligée au jeune garçon. Le personnel de l’école s’est dit choqué par la violence de la scène, mais l’homme quant à lui a nié avoir commis des violences à l’endroit de son fils tout en reconnaissant lui avoir mis une fessée. Finalement, à la fin de l’audition, il a été laissé libre avec un rappel à la loi.

En France, la fessée reste toujours autorisée

Ce fait divers ne manque pas de soulever à nouveau le débat sur l’interdiction de la fessée. Parce qu’il est souvent difficile de délimiter la frontière entre une simple fessée et une réprimande trop violente, l’Union européenne préconise qu’elle soit interdite. C’est déjà le cas dans 22 pays membres.

Récemment, quelques semaines après un appel de l’ONU à interdire le châtiment corporel en France, des députés ont déposé un texte pour mettre fin à toutes les formes de violence physique ou psychologique sur l’enfant, y compris la fessée. Mais pour l’heure, elle demeure toujours autorisée.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !