Ce patch pourrait vous sauver la vie en cas de crise cardiaque

Des chercheurs britanniques et australiens ont testé un patch capable de limiter les effets néfastes d’une crise cardiaque.

Plusieurs complications peuvent découler d’une crise cardiaque, dont l’une des principales est l’arythmie, qui se caractérise par des battements de cœurs trop irréguliers (trop lents ou trop rapides). Ces conditions ont des répercussions sur la qualité du sang pompé dans le cœur. La conséquence la plus grave réside dans la capacité de contraction des ventricules du cœur. Lorsqu’un problème survient à ce niveau, la circulation du sang vers le cerveau peut s’interrompre.

Afin de réduire au maximum les dommages, des chercheurs britanniques de l’Imperial College de Londres, en partenariat avec l’université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, ont mis au point un patch flexible prévu pour être placé directement sur le cœur grâce à l’intervention de chirurgiens-cardiaques. Le dispositif est capable de relancer les impulsions électriques du cœur si ce dernier venait à être défectueux, ce qui permettra au sang d’être pompé convenablement.

Avec les premiers tests de ce patch effectués en laboratoire sur des rats, les chercheurs ont constaté que les complications qui surviennent en cas d’arrêt cardiaque étaient moins importantes. Vous comprenez donc que les scientifiques n’en sont qu’aux premiers stades de la recherche pour ce dispositif. 

« Cette technologie peut désormais être utilisée pour la recherche fondamentale afin de mieux comprendre l’interface entre le matériau et les tissus » a fait savoir le Pr Damian Mawad, membre de l’équipe de chercheurs.

Alors que la fibrillation ventriculaire peut causer une perte de connaissance, puis le décès du patient, ce patch prometteur pourrait sauver des milliers de vies.

En France, on recense chaque année 50.000 cas d’arrêts cardiaques et 100.000 infarctus du myocarde. Les victimes sont des hommes, en grande partie, mais ces accidents surviennent de plus en plus chez les femmes.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !