Le Parc des Princes racheté par le Qatar pour moins de 100 millions d’euros ?

Dans l’optique d’un agrandissement de la capacité du Parc des Princes, les dirigeants qataris du Paris-Saint-Germain envisagent sérieusement de faire une proposition de rachat du stade qui appartient actuellement à la ville de Paris. Détenant déjà bon nombre d’établissements parisiens, le Qatar pourrait donc posséder un nouvel édifice en celui du Parc des Princes.

On parle dans la presse d’un montant avoisinant les 100 millions d’euros. Cependant, on ne sait pas encore de qui vient l’initiative.

Est-ce que la ville de Paris essaye de céder sa plus grande enceinte sportive pour remplir ses caisses ou bien est-ce que c’est le Qatar qui cherche à augmenter son patrimoine en France ? Quoi qu’il en soit, les deux parties pourraient profiter de ce contrat de vente.

parc des princes

Le Qatar déjà bien implanté à Paris

En plus de posséder le PSG qui possède le 4ème effectif le plus cher d’Europe, le Qatar est très présent sur le marché immobilier français, et surtout parisien. Tout commence alors en 2007, au moment où le frère de l’émir rachète l’hôtel Lambert à la famille Rothschild pour environ 80 millions d’euros. Depuis l’acquisition de ce magnifique hôtel parisien situé sur l’Île Saint-Louis, les acquisitions qataries se sont accumulées.

En 2009, c’est autour du siège de la banque HSBC d’être racheté pour la rondelette somme de 400 millions d’euros. S’ensuivirent les rachats de plusieurs hôtels de luxe, comme le Concorde Opéra, Le Royal Monceau ou encore l’hôtel du Louvre. Pour expliquer cet intérêt soudain des Qataris pour l’immobilier en France, on ne peut pas occulter la loi votée par le Parlement en 2009 sur l’exonération de l’impôt sur les plus-values immobilières pour les Qatariens.

Bref. Après quelques années d’accalmie en matière d’achat en France, ce pays va peut-être signer un contrat d’un peu moins de 100 millions d’euros avec la ville de Paris pour récupérer l’entière propriété et l’usufruit du Parc des Princes.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !