Le paracétamol et l’ibuprofène seraient responsables de problèmes d’audition à long terme

Prendre du paracétamol ou de l’ibuprofène ne serait ce que deux fois par semaine pourrait, sur la durée, impacter la fonction auditive de manière irréversible.

D’après une étude scientifique publiée dans l’American Journal of Epidemiology, l’ibuprofène et l’acétaminophène (paracétamol, Tylénol, Doliprane…) sont liés à un risque important de perte auditive, notamment chez les femmes. Leur utilisation ne serait-ce que deux fois par semaine pendant six ans augmenterait significativement les risques.

Plusieurs études ont par le passé pointé du doigt le rôle des antalgiques et des anti-inflammatoires dans l’apparition de problèmes auditifs, tant chez l’homme que chez la femme. C’est la première fois cependant que les facteurs liés à la dose et à la durée de consommation sont évoqués.

Aux États-Unis, deux tiers des femmes âgées de plus de 60 ans souffrent de problèmes d’audition. C’est ce qui a poussé les chercheurs du Brigham and Women’s Hospital à consacrer leur étude uniquement à la gent féminine.

D’après un rapport de l’OMS paru en 2014, la surdité affecte près de 360 millions de personnes dans le monde. Ses origines sont diverses et on sait notamment que la prise de certains médicaments peut entraîner une surdité partielle. Pour le Dr. Gary Curhan, co-auteur de cette nouvelle étude, « environ 16,2 % des pertes auditives survenues chez les femmes pourraient être dues à l’utilisation d’ibuprofène ou de paracétamol».

L’aspirine n’est pas mise en cause

De nombreuses personnes sont accro aux comprimés antidouleur pour soulager des problèmes courants tels qu’une migraine chronique, la lombalgie, et autres pépins qui peuvent être récurrents. Si l’ibuprofène et le paracétamol sont mis en cause dans l’apparition à long terme de difficultés auditives, ce n’est pas le cas de l’aspirine, d’après les auteurs de l’étude. Cette conclusion ne concorde toutefois pas avec celles d’autres études qui incriminaient autant l’aspirine que le paracétamol et l’ibuprofène dans les pertes auditives.

Le Dr Curhan et ses collègues ont analysé des données concernant l’utilisation de l’aspirine, de l’ibuprofène et de l’acétaminophène chez 54 000 femmes âgées de 48 à 73 ans entre 1990 et 2012.

Comparativement à une utilisation de moins d’un an, une consommation de l’ibuprofène pendant plus de six ans augmentait le risque de perte auditive de 10 %. L’acétaminophène en ce qui le concerne augmentait le risque de 9 % pour une utilisation de plus de 6 ans. Quant à l’aspirine, les chercheurs n’ont réussi à mettre évidence aucun lien entre elle et l’apparition de problèmes d’audition.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !