Une paire de chaussettes révolutionnaire utilise de l’urine pour produire de l’éléctricité

Un pas de plus vers l’autonomie. Voilà comment pourrait être présentée la paire de chaussettes mise au point par un groupe de chercheurs italiens et britanniques capable, par la circulation d’une faible quantité d’urine de produire de façon autonome de l’électricité.

chaussettes

Des piles à bactéries qui utilisent de l’urine

Le principe d’une pile étant de produire de l’électricité, il ne fallait pas moins de deux équipes de scientifiques respectivement installées à l’University of the West of England de Bristol et au Center for Micro-BioRobotics de l’Institut italien des technologies pour faire le lien entre autonomie, pile et urine.

Dans une étude publiée le 10 Décembre par la revue IOP Science le groupe de scientifiques sous la direction de Loannis Leropoulos explique vouloir créer un matériaux, en l’occurrence une paire de chaussettes capable de générer grâce à l’urine et de façon autonome de l’électricité en cas de besoin vital.

En montagne par exemple, pour faire fonctionner une balise de détresse, il suffirait à ces chaussettes quelques millilitres d’urine pour la déclencher.

chaussettes autonomes

prototype chaussettes autonomes

Ce prototype intègre un système de circulation combiné à une « vessie » capable de contenir jusqu’à 648 millilitres d’urine et d’alimenter des piles à bactéries placées de chaque côté de la chaussette.

Associé à cela, un système de pompes passant sous chaque talon permet de faire circuler le liquide dès lors qu’il y a déplacement.

L’ensemble pourrait donc prochainement venir intégrer différents vêtements dédiés aux sportifs de l’extrême, aux randonneurs ou encore aux alpinistes qui partent seuls pour de longues périodes et sont susceptibles d’avoir un besoin urgent d’électricité pour, par exemple, prévenir les secours en cas d’extrême urgence.

Selon Heather Luckarift un chercheur américain de l’Universal Technology Corporation :

« Il y a une tendance très forte de l’informatique vestimentaire et la capacité d’utiliser des piles à bactérie qui sont flexibles permet d’envisager toutes sortes d’applications pratiques. »


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !