Otona maki : l’étonnante thérapie anti-stress qui cartonne au japon

L’Otona maki est devenu une pratique très prisée au japon, bien qu’elle paraisse pour le moins étrange.

Vous connaissez sans doute le makizuchi ou « maki », cette forme de sushi japonais que l’on enveloppe dans une feuille d’algue séchée (nori). Il est à l’origine de cette étrange thérapie de relaxation qui a du succès au Japon.

 Les adeptes du Yoga tiennent peut-être un remplaçant peu ordinaire à leur discipline. L’Otona maki, cette nouvelle technique japonaise de relaxation est vantée comme une solution efficace contre le stress et les courbatures.

 Littéralement, Otona maki signifie «Enveloppement d’adulte». Pas besoin de réfléchir longtemps pour se faire une idée de ce dont il s’agit. La technique consiste en effet à enrober les pratiquants dans des bandes de tissus tout en les maintenant dans une posture spécifique. L’objectif est simple : soulager les douleurs et diminuer le stress.

La technique a été inventée en 2015 par le professeur Nobuko Watanabe, déjà célèbre au japon  pour être à l’origine de la ceinture de grossesse Toco Chan. Sa méthode  consiste à reproduire la position fœtale de l’enfant dans le ventre de sa mère, une posture qui procurerait chez l’adulte un sentiment de bien-être et de sécurité.

L’Otona maki semble avoir conquis bon nombre de japonais, la discipline étant devenue un véritable phénomène. Une bloggeuse du nom de Yayoi Katayama a écrit un billet dans lequel elle relate son expérience personnelle. Les séances d’exercice auraient eu des effets positifs sur son dos et sur sa souplesse naturelle.

Mais si beaucoup ont adopté cette pratique et semblent en être satisfaits, elle n’est pas du goût de tout le monde. La technique est régulièrement présentée dans des émissions diffusées sur des chaînes japonaises. Certains parmi les personnes interrogées se montrent étonnées, voire effrayées par la méthode.

Chaque séance d’Otona Maki coûte environ 30 euros et dure entre 15 à 20 minutes.

Démonstration en vidéo :


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !