Obésité : découverte d’une protéine aidant à brûler les graisses

Des chercheurs américains ont découvert qu'une protéine, la péripline, joue un rôle important dans la destruction des graisses.

obesite

L’obésité fait partie des préoccupations sanitaires qui suscitent le plus l’attention des scientifiques. Ces derniers multiplient les recherches afin de mieux comprendre ses causes, qui ne sont pas liées qu’aux habitudes alimentaires.

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte, dont la génétique et l’environnement. C’est ce qui explique que certaines personnes soient plus prédisposées au surpoids que d’autres, même si elles ont des modes de vie quasi identiques.

Pour cette raison, les chercheurs se concentrent davantage sur les mécanismes biologiques du corps, dans le but de trouver de meilleures solutions pour soulager les personnes en surpoids, les protégeant ainsi des possibles conséquences sanitaires.

Des scientifiques de l’UT Southwestern Medical center, une école américaine de sciences biomédicales, viennent de faire une découverte. Les périplines, une famille de protéine qu’on retrouve sur la surface des gouttelettes de lipide joueraient un rôle important dans la dégradation des graisses. Plus précisément, elles permettent une répartition et une combustion plus saines de la masse graisseuse. On les retrouve d’ailleurs en grande quantité dans les muscles des sportifs spécialisés dans des disciplines nécessitant une forte endurance.

Limitation des dégâts sur les tissus et le métabolisme

Le surpoids favorise l’accumulation de graisse dans certains tissus comme ceux du foie et du cœur, ce qui explique la vulnérabilité des personnes obèses au diabète et aux maladies cardio-vasculaires.

Selon les chercheurs, les périplines se déplacent pour se diriger au cœur des cellules afin de contribuer à détruire des graisses via la création de mitochondries. Ces dernières sont en effet connue pour leur rôle dans la conversion du glucose en énergie, une condition indispensable dans le processus de destruction des graisses.

Prémices d’un nouveau traitement

D’autres recherches sont nécessaires afin de mieux comprendre le fonctionnement de cette protéine, mais aussi déterminer la manière dont elle pourrait être exploitée.

Il serait ainsi possible d’espérer d’ici quelques années, des traitements se basant sur l’administration artificielle de la péripline aux personnes souffrant d’obésité. Cela contribuerait à lutter contre les répercussions de cette maladie (notamment le diabète de type 2).


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !