Une nourriture épicée serait bonne pour votre santé et votre longévité

On le sait et les études ne manquent pas à ce sujet, certains aliments sont meilleurs que d’autres à la santé. Il est par exemple plutôt conseillé de consommer du chocolat que des acides gras saturés.

Une étude chinoise publiée le 4 Août dernier, établie quant à elle un lien supplémentaire à la relation entre la nourriture et la santé en publiant ses observations autour d’une plus grande longévité des personnes qui mangeraient très régulièrement épicé.

manger epice serait bon pour la sante

Un composant sain pour un corps plus sain

Le principal composant du piment porte le nom de capsaïcine et pourrait avoir selon ces chercheurs, des propriétés anti-obésité, anti-inflammatoires, anti-oxydantes et anti-cancereuses.

C’est en partant de cette observation et de l’étude de près d’un demi-million de chinois et de leurs habitudes alimentaires, que les chercheurs du CKB National Coordinating Center et de la China Kadoorie Biobank en sont arrivés à établir une possible corrélation entre le fait de manger épicé et ceux de bénéficier d’une plus grande longévité, d’un risque amoindri de cancers, de maladies coronariennes et de respiratoires.

Toujours selon cette étude, une concordance inverse existerait entre la mortalité globale des personnes suivies et leur consommation d’épices et donc notamment de piment. Il est toutefois important de noter que la présence d’épice devrait être très régulière et presque quotidienne pour influer sur la santé.

D’autres facteurs à prendre en compte

Cependant, le Dr Nita Forouhi de l’université de Cambridge relève un point non négligeable :

« On ne sait pas si les corrélations observées sont le résultat direct de la consommation de piment ou bien découlent simplement d’autres éléments positifs dans l’alimentation qui n’ont pas été mesurés ».

En effet la qualité de l’eau comme l’absorption en quantité importante de thé induite à la fois par les habitudes d’alimentation et le fait de cuisiner épicé n’ont pas été prises en compte. Il s’avère pourtant qu’une plus grande précision dans les informations recueillies autour de la composition des repas ingérés par les participants à l’étude aurait pu être bénéfique.

« De nouvelles études sont nécessaires pour établir si la consommation d’aliments épicés peut améliorer la santé et réduire directement la mortalité ou bien si c’est la marque d’autres habitudes alimentaires et styles de vie » conclu le Dr Nita Forouhi.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !