Nice : la préfecture obligée de s’expliquer après avoir arboré un drapeau nazi sur sa façade

Ce lundi matin, un drapeau nazi a été installé sur la façade de l’hôtel de préfecture de la ville de Nice dans les Alpes-Maritimes. L’installation a provoqué énormément de contestations de la part des riverains et de nombreux touristes ont été choqués.

drapeau nazi prefecture nice

Crédit : nice matin

Alors que l’immense drapeau rouge à la croix gammée s’étendait sur toute la hauteur de la façade du bâtiment de la préfecture des Alpes-Maritimes et que les touristes présents sur place commençaient à prendre photos et selfies dans l’étonnement et l’indignation générale, l’administration a été contrainte de publier un communiqué officiel afin d’expliquer la situation.

Non, la ville de Christian Estrosi n’a pas décidé de lancer un mouvement à la gloire du mouvement d’extrême-droite fondé en 1920 et dirigé par le tristement célèbre Adolph Hitler, mais plutôt de prêter son cadre à un tournage cinématographique. C’est en effet la raison du déploiement de cet impressionnant drapeau rappelant les heures les plus sombres de la France et de l’Allemagne, l’utilisation de l’hôtel de préfecture hier et aujourd’hui pour une reconstitution historique filmée.

Le film, dirigé par le réalisateur Québécois Christian Duguay se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale et retrace l’histoire de deux frères qui fuient la France occupée.

Adapté du livre de Joseph Joffo, Le sac de billes publié en 1973, le film met en scène la réquisition de l’hôtel Excelsior par Aloïs Brunner alors chef du Commando SS basé à Nice, pour y installer ses troupes. Un touriste présent sur place raconte :

« Les gens ne savaient pas s’il s’agissait d’un canular, d’un tournage de film, d’une provocation… Alors, dès l’apparition sur le toit des deux hommes chargés de dérouler le drapeau, la foule s’est mise à crier sur eux. En plein marché des antiquaires, la scène a évidemment suscité beaucoup d’émotion. »

La préfecture précise toutefois qu’elle n’a autorisé le tournage qu’à la condition expresse que l’on ne reconnaisse pas le bâtiment :

« Il fallait, pour les besoins du film, un bâtiment qui puisse être identifié à l’hôtel Excelsior. Ce qui intéresse la production, c’est la pierre et pas le symbole d’un bâtiment public. D’ailleurs, le tournage n’a été autorisé qu’à condition que le bâtiment ne soit pas reconnaissable dans le film. Les moyens modernes du cinéma le permettent ».


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !