Marseille : la fillette que les médecins voulaient débrancher du coma s’est réveillée

N’eut été l’abnégation de son père, la petite Marwa âgée de 1 an aurait été débranchée du coma il y a quelques jours. Le combat parait juste, et la rétribution est peut-être déjà en train de payer.

marwa

Il y a une dizaine de jours, Mohamed Bouchenafa avait saisi le tribunal administratif de Marseille afin d’empêcher les médecins d’interrompre les soins qui maintiennent sa fille en vie. Cette dernière se bat depuis des semaines contre une infection virale qui lui a causé de sévères troubles neurologiques et entraîné la défaillance de plusieurs de ses organes, dont le cœur.

Éviter des complications plus douloureuses

À l’Hôpital de la Timone, Marseille, où elle était hospitalisée, les médecins ont dû la placer dans un coma artificiel le 25 septembre. Mais le 4 novembre, le service hospitalier a décidé à l’unanimité, à l’issue d’une réunion éthique, d’interrompre l’essentiel des soins apportés à la fillette afin d’éviter des complications qui peuvent entraîner des traitements extrêmement sévères. Cette mesure d’interruption inclut le débranchement de l’appareil respiratoire qui la maintient en vie.

La décision avait cependant été prise contre l’avis de la famille. Le père en désaccord avec l’hôpital avait dû saisir en référé le tribunal administratif de Marseille afin d’empêcher les médecins de mettre leur décision à exécution. Pour lui, son enfant pouvait bouger et cligner des yeux, ce qui était le signe d’un espoir.

Une pétition avait été lancée sur Internet et est d’ailleurs toujours en cours (près de 112 000 signatures à ce jour) en soutien à la famille et à la petite Marwa. Dans l’attente d’une expertise, le tribunal administratif avait ordonné à l’hôpital de la Timone, de poursuivre les soins du bébé.

L’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), par le biais de son avocate, avais pris position pour défendre la décision prise par le service hospitalier : « les parents voient leur enfant bouger, mais cela ne signifie pas qu’il y ait un état de conscience, ni qu’il n’y ait pas de dommages neurologiques irréversibles ». Elle poursuit en qualifiant d’« acharnement thérapeutique » la prise en charge de l’enfant.

Marwa, s’est réveillée mardi soir

Dans un message posté sur Facebook ce mercredi, le père de Marwa exprimait sa joie car celle-ci commençait « enfin à se réveiller ». Les signes semblent être de plus en plus encourageants : «je suis tellement heureux d’avoir remué ciel et terre pour revoir ce petit sourire qui me manquait tant… Ma Marwa tu me manques et je t’aime », poursuit Mohamed Bouchenafa. Une vidéo a été publiée sur le compte Facebook créé spécialement pour soutenir la fillette.

Il est toutefois trop tôt pour savoir si elle va vraiment mieux. Son père reste toutefois plus optimiste que jamais et parle de « signes d’espoir » et d’un « progrès énorme ». Contacté, l’hôpital n’a pas souhaité communiquer sur l’état de santé de la fillette.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !