Langage : les singes sont capables de vocaliser comme les humains

Il existe très peu d’animaux capables d’employer un langage proche de celui humain, mais des chercheurs du CNSR viennent de découvrir que des babouins pouvaient prononcer au moins 5 voyelles.

babouin

Miaulement, aboiement, sifflement, les animaux peuvent vocaliser de plusieurs manières. Ils sont toutefois peu à pouvoir articuler des sons comme le font les Hommes. Certaines espèces d’oiseaux sont par exemple les rares du monde animal à reproduire des sons humains. C’est le cas des perroquets et des mainates qui ont des capacités à mémoriser et répéter une grande variété de sons, dont ceux du langage humain.

Le langage et la théorie de l’origine évolutive de l’Homme

Selon cette théorie, l’homo sapiens (homme moderne) s’est séparé des chimpanzés il y a environ cinq millions d’années, et des gorilles il y a environ sept millions d’années. Cela étant dit, les scientifiques considèrent que le langage qui caractérise l’espèce humaine n’est apparu qu’il il y a 70 000 à 100 000 ans. Et si cela remontait bien plus loin ?

C’est ce que laisse suggérer une étude menée par des scientifiques français du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Ces derniers ont enregistré 1 400 vocalisations de 15 babouins de Guinée, dont des mâles, des femelles et leurs descendants. En les passant au peigne fin, ils ont découvert que ces singes étaient capables de produire au moins cinq voyelles proches de celles employées par les Hommes.

« C’est la première fois qu’on montre cela chez un primate non humain (…) Pendant trente ou quarante ans, on a pensé que ces animaux (les babouins) étaient incapables de prononcer les sons de la parole », explique à l’AFP Joël Fagot, chercheur CNRS au laboratoire de psychologie cognitive AMU et coauteur de l’étude.

Les implications de cette découverte

Elle met à mal la théorie de la « descente du larynx » sur laquelle la quasi-totalité des scientifiques s’accordent. Celle-ci, qui serait apparue au cours de l’évolution, a conduit à la constitution d’un appareil vocal élaboré qui permet l’articulation des sons chez les Hommes. La « descente du larynx » n’est d’ailleurs pas un acquis à la naissance. Elle se reproduit chez l’enfant au cours de son développement, lui permettant ensuite d’articuler des sons.

Si l’on s’en tient à cette théorie, la parole n’est apparue qu’avec l’Homo Sapiens. Or, si le babouin peut produire certaines voyelles, malgré le fait que son larynx soit positionné plus haut que chez l’homme, pourquoi pas les ancêtres de l’homo sapiens ? « Cela laisse entendre que la parole humaine a une très longue histoire évolutive », explique Joël Fagot.

Et pour finir, il est important de faire la nuance entre la parole et la production de sons comparables aux voyelles, car, si les babouins articulent des sons qui ont les propriétés acoustiques des voyelles, cela ne signifie pas qu’ils ont forcément des capacité linguistiques.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !