Pourquoi laisser pleurer les bébés ne serait pas si grave ?

Peu sont les parents qui laisseraient leur bébé pleurer sans se culpabiliser. À cela s’ajoutent les hurlements insupportables qui obligent à chercher une solution à tout prix. Mais et si malgré tout, laisser bébé pleurer en valait la peine ?

laisser bebe pleurer

D’après une étude australienne dont les résultats ont été publiés dans la revue pediatric, laisser pleurer bébé avant son sommeil n’a aucun impact sur son état émotionnel. Au contraire, cela lui permettrait de mieux dormir.

Pendant un an, des chercheurs de l’université d’Adelaïde ont étudié 43 couples avec des enfants âgés entre 6 et 16 mois. L’expérience s’est principalement basée sur l’analyse du taux de cortisol (hormone du stress) et celle du sommeil chez les bébés.

Les parents ont été répartis dans trois groupes. Pour ceux du premier groupe, il fallait quitter la chambre de leur enfant juste après l’avoir couché. Si ce dernier se mettait à pleurer, ils devaient attendre un moment avant d’aller le consoler. La période d’attente était de plus en plus longue au fil de l’expérience. Cette technique est appelée « l’attente progressive » ou méthode 5-10-15.

Pour les parents du deuxième groupe, il fallait coucher le bébé au moment où il parvenait d’habitude à s’endormir, quitte à retarder l’heure du coucher. Les parents du troisième groupe ne devaient rien changer à leurs habitudes.

Laisser le bébé pleurer n’a aucune conséquence, au contraire…

En plus de constater qu’aucun changement n’avait été noté dans le bien-être comportemental et émotionnel des enfants, les chercheurs ont fait part d’un léger impact sur le temps d’endormissement.

Les enfants du premier groupe dormaient 13 minutes plus rapidement que ceux du troisième groupe et se réveillaient beaucoup moins au cours de la nuit. Les enfants du deuxième quant à eux s’endormaient en moyenne 10 minutes plus rapidement que ceux du troisième groupe (soit 3 minutes de moins que ceux du premier groupe), mais se réveillaient tout autant dans la nuit.

Ces résultats loin d’être assez concluants suggèrent que le fait de pleurer pouvait avoir des effets positifs sur le sommeil des enfants. Il revient toutefois à chaque parent de trouver la méthode qui convient le mieux à leur bébé.

Le Dr Gradisar, responsable de l’étude préconise d’ailleurs de mixer les deux méthodes testées sur les deux premiers groupes: « une combinaison alliant le coucher à l’heure où l’enfant est vraiment fatigué et un allongement de la période où l’enfant est laissé pleurant pourrait être une autre bonne approche« .

 


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !