La Kétamine aurait des effets miracles contre la dépression

Des études scientifiques mettent en évidence les effets positifs de la Kétamine administrée à faibles doses aux patients souffrant d’une dépression sévère. Les personnes d’humeur dépressive pourraient donc se retrouver avec un grand sourire sur leurs visages si les résultats de ces études tiennent la promesse des fleurs.

ketamine dépression

Actuellement, cette drogue est plus utilisée comme anesthésiant pour ralentir l’activité cérébrale et l’excitation des neurones. Ce n’est probablement pas la solution clinique proposée aux patients souffrant de fortes dépressions, mais elle serait plus efficace que les antidépresseurs et stabilisateurs d’humeur traditionnels, d’après un rapport scientifique relayé cette semaine par le WashingtonPost.

« Depuis 2006, des dizaines d’études ont montré qu’elle [la Kétamine] peut soulager les types de dépression sévère contre lesquels les antidépresseurs traditionnels sont souvent inefficaces », rapporte Sara Solovitch, journaliste et spécialiste des maladies liées aux troubles de l’humeur. D’après elles, « Les experts désignent cela comme le progrès le plus important réalisé dans le domaine de la santé mentale en plus d’un demi-siècle. »

Tout ça c’est bien beau, mais…

Qu’en est-il des effets secondaires ?

La Kétamine est une substance très réglementée qui n’est pour le moment utilisée dans le domaine médical qu’à des fins d’anesthésie. Les patients rapportent souvent des expériences hallucinogènes, ce qui explique son administration à faibles doses dans le cadre des études menées sur la dépression.

La kétamine a également une limitation : son effet est temporaire. Les essais cliniques ont découvert que la rechute se produit habituellement environ une semaine après son administration, ce qui laisse penser à une dépendance dans le temps.

Si certains scientifiques vantent les effets miracles de la Kétamine contre les fortes dépressions, d’autres s’opposent à son homologation en tant que traitement médical. Comme toute autre drogue, son utilisation excessive expose à des dangers, surtout si les patients devaient s’en servir de manière autonome.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !