Kinder Surprise : Et si ils étaient plus chers pour les filles ?

Et si les produits pour femmes et par extension pour filles étaient plus chers que ceux destinés aux garçons ? C’est un fait difficilement contestable pour certains produits bien que les raisons invoquées à ces différences varient.

Nouvelle preuve s’il en est que les articles roses sont parfois plus chers que les bleus, un internaute a récemment repéré des boites d’œufs Kinder plus chères pour les filles que pour les garçons.

kinder surprise prix

crédit : youtube

Une tarification « genrée » pour les œufs Kinder chez Monoprix ?

Le principe de la tarification dite « genrée » est simple ; une partie des marchandises roses et donc destinées à la gente féminine, est vendu plus chère dans le commerce que les mêmes articles fabriqués pour les hommes et emballés de bleu.

Si les marques comme les distributeurs se défendent d’avoir jamais voulu imposer une taxe supplémentaire aux femmes, force est de constater que par exemple de nombreux cosmétiques, mais aussi les rasoirs, les déodorants et même les coupes de cheveux (à longueur égale) affichent bien souvent un prix plus élevé.

Nouvelle preuve s’il en fallait que le débat reste ouvert, un internaute du nom de Gauthier Quatelas postait il y a quelques heures ce cliché pris dans le 11e arrondissement de Paris au sein d’un magasin Monoprix.

kinder prix

On y voit clairement deux contenant de « Kinder X3 fille » et de « Kinder X3 garçon », exposés l’un à côté de l’autre au prix de 3.08€ pour les roses et 2.90€ pour les bleus soit exactement 18 centimes d’écart.

La publication était accompagnée de ce commentaire « 18 cents de chocolat en plus j’espère? Voilà c’est fini les vacances de la journée de la femme de la fille de la vielle femme et de la vieille fille. Kinder »

Quelques heures plus tard la marque répondait en commentaire :

kinder reponse prix oeuf genre

crédit : Facebook Gauthier Quatelas

Selon l’équipe Kinder ce n’est pas pas la marque qui fixe les prix mais bien les distributeurs, donc ici Monoprix. Selon Ferrero contacté par le Huffingtonpost et à qui appartient Kinder :

« Le prix marketing conseillé est identique. Seuls les distributeurs conservent toute liberté pour fixer en toute indépendance leurs prix de vente à la clientèle en magasin, selon leur propre appréciation de la situation concurrentielle. Il leur appartient de fixer le prix des produits qu’ils commercialisent. »

De son côté, la chaîne de magasins Monoprix précise à son tour que tout cela n’a absolument rien avoir avait le fait d’une éventuelle « woman tax » et avance plutôt un argument d’ordre commercial :

« Cette différence de prix est due non pas à la clientèle ciblée mais à des données intrinsèques des volumes de vente sur les produits, il ne s’agit pas d’une décision genrée. »

Autrement dit le magasin vendrait moins de boites « filles », il lui faudrait donc les vendre plus cher. Toujours est-il que ce produit n’est pas le seul à afficher une différence de tarif, un Tumblr a même été crée spécialement pour dénoncer ce type d’abus commerciaux.

Et vous, avez-vous déjà croisé des articles « roses » plus chers que les « bleus » ?


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !