Intoxication aux champignons : déjà 87 victimes en octobre

La cueillette de champignons est de saison, mais s’y adonner n’est pas sans risque. Les autorités sanitaires font état de 87 cas d’intoxication.

champignons-panier

Les conditions climatiques de ces derniers jours ont favorisé les cueillettes de champignons, mais ceux-ci ne sont pas tous bons à consommer. Il est toujours utile de rappeler aux amateurs les bonnes conduites à tenir pour s’éviter des ennuis de santé.

C’est ce à quoi s’attellent l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) et la Direction générale de la santé (DGS), qui ont rappelé quelques conseils tout en alertant sur des cas d’intoxications recensés depuis le début du moins d’octobre. Ils sont au nombre de 87 pour le moment, dont 3 graves.

Les symptômes d’une intoxication peuvent apparaître jusqu’à 12 heures après la consommation des champignons. Ils se manifestent généralement par des nausées et vomissements, une diarrhée,  des frissons, des vertiges, mais aussi des troubles de la vue.

L’Anse et la DGS recommandent aux amateurs de ne cueillir que les champignons qu’ils maîtrisent bien. Et même dans ce cas, les risques d’intoxication ne sont pas nuls puisque certaines espèces peuvent se ressembler fortement et prêter à confusion.

Les deux organismes précisent à cet effet que la majorité des cas d’intoxication viennent « d’une confusion avec d’autres champignons comestibles ». C’est la raison pour laquelle il est conseillé de faire contrôler son panier par un mycologue ou un pharmacien. Les champignons doivent être cueillis en totalités (pied et chapeau).

Les deux entités recommandent également de toujours conserver les champignons en les séparant des autres aliments, mais aussi de ne les consommer que deux jours après la cueillette et bien cuits.

Enfin, si vous constatez des symptômes après la consommation de champignons, n’hésitez pas à appeler le « 15 » ou le centre antipoison de votre région, en précisant les détails de votre éventuelle intoxication. Pour l’Anse et la DGS, « les conséquences sur la santé de ce type d’intoxications peuvent être graves (troubles digestifs sévères, complications rénales, atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe), voire mortelles ».


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !