Intoxication alimentaire : consommer des betteraves crues est fortement déconseillé

La Direction de la répression des fraudes (DGCCRF) déconseille la consommation de betteraves crues après plusieurs cas d’intoxication alimentaire collective.

Gare aux betteraves crues. Elles sont rares en grande surface puisque vendues la plupart du temps déjà cuites, mais certains préfèrent encore les acheter, voire les consommer dans leur état potager brute. On en trouve plus facilement via des circuits courts de commercialisation qu’au supermarché. Pourtant, comme le rappelle la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes, la consommation de betteraves rouges crues n’est pas sans danger.

Elle a lancé un appel cette semaine aux consommateurs et aux gestionnaires d’établissements de restauration collective. Il faut éviter de consommer ou de servir des betteraves crues, par mesure de précaution. Et pour cause, 45 personnes dans la région des Pays de la Loire ont été victimes d’intoxications alimentaires liées à la consommation de betteraves en état de crudité fin décembre 2016.

Ce n’est pourtant pas la première fois que les autorités déconseillent cette consommation. Déjà en novembre 2014, l’Anses recommandait de ne pas servir de betteraves crues dans les restaurants collectifs des établissements d’enseignement, ni dans les maisons de retraite. C’était après des épisodes similaires d’intoxications associées à la consommation de betteraves crues en France, comme dans d’autres pays.

Depuis cette recommandation, et jusqu’à présent, aucune explication scientifique n’a pu mettre en lumière les causes réelles de ces cas d’intoxication. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faille les banaliser. La preuve avec les nouvelles personnes qui en ont encore été victimes, d’où le rappel à la vigilance de la part des autorités.

Il est à noter pour finir qu’il est possible de consommer la betterave froide pour peu qu’elle ait « fait l’objet d’une cuisson préalable », a précisé la DGCCRF.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !