« Un individu de race noire » : l’alerte enlèvement des autorités crée la polémique

Ce mardi, une fille de 4 mois a été enlevée par son propre père à Grenoble. Dans la soirée, une alerte a été publiée, dans laquelle l'homme était décrit comme étant « un individu de race noire ». La polémique n'a pas manqué de suivre.

alerte-enlevement

Les réactions se sont en effet enchaînées sur Twitter à cause de l’emploi du terme « race », ce qui a poussé les autorités à reprendre l’alerte rapidement en utilisant l’expression  « individu à la peau noire ». Mais les reprises ne se sont pas arrêtées là puisque qu’une troisième version est venue par la suite avec cette fois-ci le remplacement de « à la peau noire » par « de couleur noire ».

Dans la foulée, Pierre Juanel, le porte-parole du ministère de la Justice a exprimé ses regrets sur son compte Twitter : « #AlerteEnlèvement Certains termes du message, repris précipitamment, étaient évidemment inappropriés, regrettables et très rapidement modifiés. Nous comptons néanmoins sur votre mobilisation pour diffuser l’alerte et aider les recherches. 2/2 »

Mais entre temps, le réseau social avait déjà commencé à être pris d’assaut par des personnes exprimant leur malaise. La polémique vient du fait que le terme « race » peut faire penser à une autre époque, celle de l’esclavage ou de la colonisation. Certains, par ironie, se sont posés la question de savoir si c’est Nadine Morano qui avait rédigé le message, sans doute pour faire référence à ses propos sur la « race blanche ».

Rappelons pour finir qu’en 2013, l’Assemblée Nationale avait adopté une proposition de loi pour bannir le mot « race » de la législation française. Mais ce texte n’est jamais passé par le sénat, même s’ils sont nombreux au Front de Gauche et au Parti Socialiste à penser que le terme garde de fortes connotations racistes.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !