Heetch entre UberPop et covoiturage, le service refuse sa fermeture programmée

Service de transport entre particuliers, l’application mobile Heetch visée par le même arrêté d’interdiction qu’UberPop revendique sa différence et refuse la fermeture de ses services.

touche pas a mon heetch

Ces derniers jours la polémique enfle après la suspension du service de transport entre particuliers UberPop. D’autres applications pour smartphone comme Djump et Heetch sont visées par le même arrêté préfectoral et donc menacées de disparition.

Si UberPop a choisi de suspendre momentanément son application après la violente mobilisation des taxis à la fin du mois de Juin et en attendant la décision du Conseil Constitutionnel en  Septembre prochain, le patron d’Heetch, Teddy Pellerin ne l’entend pas du tout de cette oreille. Interviewé dans les colonnes du journal Le Parisien il déclare :

 « Heetch n’est pas illégal. Nous n’allons à l’encontre d’aucune loi. Nous ne le fermerons pas (…) Nous ne faisons pas du tout la même chose qu’UberPOP. Il y a une confusion, un amalgame. »

Selon lui, l’application ne porte aucune concurrence aux taxis. Bien qu’elle représente une communauté estimée à 100 000 utilisateurs et 5 000 chauffeurs, Heetch se placerait en complément sur un autre créneau, celui des jeunes en fin de soirée et le week-end.

75% des trajets se feraient d’ailleurs les jeudis, vendredis et samedis soirs, sur une plage horaire 20h – 6h et à 80% concernerait des personnes entre 18 et 25 ans.

Un service de covoiturage

De plus, la rémunération des chauffeurs Heetch, qui sont donc des particuliers au même titre que les anciens chauffeurs Uber, n’est pas fixée par le service, chaque client transporté est libre de donner ce qu’il souhaite et peut même ne rien donner.

 « Les conducteurs ne gagnent pas d’argent grâce à notre plate-forme, ils ne peuvent pas toucher plus du budget annuel moyen d’une voiture, soit 6 000 EUR par an. Au-delà, nous bloquons leur compte. C’est comme du covoiturage » explique Teddy Pellerin.

Alors que plusieurs chauffeurs Heetch ont déjà été arrêtés pour « exercice illégal de la profession de taxi », l’application (française) bénéficie quant à elle d’une publicité inespérée et fait un bond au classement Google Play en passant de la 112e à la 27e place alors que fin Juin, elle prenait momentanément la tête des applications les plus téléchargées sur l’Apple Store.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !