Gaspillage alimentaire : les cantines jettent 540 000 tonnes de nouriture chaque année

Une étude réalisée par l'Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) estime à 540 000 tonnes la quantité d'aliments jetés à la poubelle chaque année dans la restauration collective, ce qui représente un coût énorme.

gaspillage-alimentaire

Écoles, hôpitaux, entreprises, le gaspillage alimentaire dans la restauration collective a un coût non négligeable. 17 % des aliments servis sur les plateaux-repas finissent à la poubelle. Cela représente 540 000 tonnes de nourriture et 15% des coûts d’achat. C’est ce que révèle l’Ademe qui a mené une étude entre février 2015 et mai 2016.

Pour Laurence Gouthière, chargée du gaspillage alimentaire à l’agence, « des choses très efficaces » sans « gros investissements » peuvent être mises en place pour lutter contre ce gaspillage ». Un meilleur calibrage des portions distribuées, ainsi que des actions sur la préparation ou la présentation des plats sont par exemple possibles.

Le gaspillage alimentaire, en plus des pertes financières qu’il représente, a également un impact négatif sur l’environnement, en raison de la gestion des déchets qu’il occasionne. D’ailleurs, cette gestion représente une part importante du coût lié au gaspillage.

En effet, si les pertes sont estimées à 0,27 euro par repas, ce chiffre monte à 0,68 euro quand on ajoute la gestion des déchets issus de ce gaspillage, mais aussi l’énergie consommée pour préparer les plats, etc.

Quels sont les aliments les plus jetés ?

Ceux qui restent le plus dans les assiettes sont les légumes, qui représentent 40 % du total des gaspillages. D’autre part, le poisson, la viande et les œufs représentent quant à eux 20 % du total.

Pour l’Ademe, il y a une importante marge d’actions pour réduire ces gaspillages : travailler sur les quantités, sur les menus, ne pas supprimer la viande, mais peut-être réduire certaines quantités.

Des exemples de structures qui y sont parvenus sont là. L’Ademe cite celui du conseil départemental de l’Isère qui a baissé d’un tiers le gaspillage dans ses 96 collèges, ce qui lui a permis de réaliser une économie de l’ordre d’un million d’euros par an. Une partie de cette économie a pu être réinvestie dans des produits de meilleure qualité.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !