Les fumeurs ont plus de difficultés à trouver un emploi

C’est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université de Stanford, en Californie. Elle démontre aussi que les fumeurs se font généralement offrir des salaires moins élevés que les non-fumeurs quand ils réussissent à se faire embaucher.

Fumeurs chômage

Des études antérieures avaient déjà montré une association entre le tabagisme et le chômage en Europe et aux États-Unis.

Pour leur propre étude, la professeure Judith Prochaska, agrégé de médecine et son équipe ont suivi 131 fumeurs et 120 non-fumeurs au chômage en Californie sur une période d’un an. Les constats qui se dégagent sont les suivants :

  • À 12 mois, seulement 29 (26,6 %) des fumeurs ont trouvé un emploi, comparativement à 60 (55,6 %) des non-fumeurs
  • Parmi ceux qui ont trouvé un emploi, les fumeurs ont gagné en moyenne environ 5 $ (4,3 €) de l’heure de moins que les travailleurs non-fumeurs
  • Le taux de réemploi des fumeurs était de 24 % inférieur à celui des non-fumeurs

Si ces chiffres sont parlants, il faut préciser que d’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte. Il est en effet difficile d’établir formellement un lien de causalité direct entre le fait de fumer et de rester plus longtemps au chômage.

Il a été par exemple remarqué que les fumeurs étaient en moyenne plus jeunes, moins instruits et en moins bonne santé que les non-fumeurs. Toutefois, les chercheurs ont également effectué des ajustements en effaçant l’influence des facteurs comme la différence de profil ou de niveau d’étude. Et même dans ce cas, le taux d’emploi des fumeurs était bien inférieur à celui des non-fumeurs.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !