Le freinage automatique pourrait être bientôt obligatoire sur les voitures neuves

La commission européenne veut rendre obligatoires de nouvelles assistances à la conduite sur les voitures neuves. Il se pourrait qu’on s’y dirige dans un avenir proche.

En attendant de basculer vers les voitures entièrement autonomes, les normes au niveau des véhicules nouvellement construits imposent une conduite de plus en plus assistée, limitant grandement la responsabilité du conducteur.

Dans sa quête d’une sécurité routière optimale, la commission européenne, appuyée par les gouvernements des pays membres est décidée à renforcer l’assistance à la conduite par des dispositifs électroniques aujourd’hui optionnels mais qui ont déjà fait leurs preuves en ce qui concerne la prévention des accidents.

Préparation du prochain règlement européen relatif à la sécurité routière

Comme vient de le révéler Le Figaro, la Commission européenne, par le biais de sa direction générale en charge de l’industrie, vient de publier un rapport qui préconise un ensemble de mesures à intégrer dans le prochain règlement relatif à la sécurité des véhicules et des piétons. Le ton donné est clair : l’automobile de demain ne laissera qu’une marge de responsabilité limitée au conducteur, comme on s’y avance déjà depuis quelques années.

Plusieurs équipements de sécurité sont déjà obligatoires sur les voitures neuves. C’est le cas de l’ABS depuis 2003 et de l’ESP qui l’est depuis 2013, sans oublier le dispositif « e-Call » qui est un équipement d’appel d’urgence automatique. Il permet de déclencher un appel de détresse à destination des secours et sera obligatoire sur les véhicules neufs à partir d’octobre 2017.

De nouvelles aides à la conduite bientôt obligatoires

La Commission européenne songe désormais à imposer de nouveaux équipements d’assistance à la conduite. Le but est de réduire le nombre d’accidents dus à l’inattention ou aux erreurs du conducteur. La plupart de ces dispositifs sont déjà intégrés de série ou en option sur certaines voitures.

Au nombre de celles que Bruxelles veut rendre obligatoires figure en tête le freinage d’urgence automatique, mais aussi l’aide au maintien de la trajectoire et le détecteur de somnolence. L’allumage automatique des feux de détresse en cas de freinage d’urgence, l’enregistrement des données du véhicule en cas de collision et le contrôle de la pression des pneumatiques sont également inscrits sur la liste des équipements obligatoires préconisés par la Commission européenne.

Pour finir, la sécurité des piétons est aussi au programme avec l’introduction des systèmes de détection des piétons et cyclistes, tout comme un dispositif de protection de la tête en cas de choc. Ce dernier fait précisément référence à l’airbag pour piétons qui est déjà intégré à certains véhicules. Volvo a été le premier constructeur à installer un tel équipement. C’était sur sa berline V40 sortie en 2012.

Il s’agit d’un grand coussin gonflable qui, à l’aide de capteurs installés sur le bouclier avant du véhicule, se déploie automatiquement en recouvrant un tiers du parebrise. Le dispositif provoque également le redressement du capot selon un angle moins agressif pour le piéton.

Toutes ces mesures qui visent à renforcer la sécurité routière auront forcément un impact sur le coût des véhicules. Serait-ce le prix à payer pour limiter les accidents mortels ?


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !