En France, le chômage causerait plus de 10 000 décès par an

Au même titre que la maladie, le chômage est devenu ces dernières années un enjeu de santé publique.

De la même façon que l’alcool et le tabac font de nouvelles victimes tous les ans, le chômage serait responsable de 10 000 à 14 000 décès dans l’hexagone.

consequences chomage france

En France, le chômage tue

Il s’agit là en substance de la conclusion du rapport mené par l’Inserm et dénoncé dans un projet d’avis par le Conseil économique, social et environnemental rendu ce mardi 10 mai.

Alors que le nombre de chômeurs est de plus en plus proche de la barre des 6 millions avec 5.76 millions de personnes, toutes catégories confondues, recensées par Pôle Emploi au mois de Mars 2016, 10 000 à 14 000 d’entre elles perdraient la vie chaque année de causes liées à cette situation.

Celui qui perd son emploi, comme c’est le cas des près de 4 millions de personnes dites « sans aucune activité » en 2016 ne subit pas qu’une perte de salaire. Dans le cas d’une situation qui s’installe, non seulement le cercle de connaissances se restreint, mais la personne perd confiance en elle et cet état d’esprit complique ses démarches de retour à l’emploi.

Peuvent ensuite surgir l’excès d’alcool, de tabac, l’anxiété, le stress, la dépression, les maladies chroniques ou même les rechutes de maladies graves tels le cancer.

L’état de santé général de la personne peut alors rapidement changer : « Des études menées dans plusieurs pays font état d’un risque de surmortalité multiplié par trois, ce qui correspond aux mêmes risques que ceux liés au tabagisme. »

Par ailleurs, et l’étude l’affirme clairement, alors que le taux de chômage en France a bondi de 47% ces huit dernières années :

« Pour une augmentation de 10% du taux de chômage, le taux de suicide tous sexes confondus augmente significativement de 1,5% ».

Et impacte aussi les générations futures

Mais ce n’est pas tout, l’impacte désastreux du chômage s’étend également à la famille proche.

Non seulement la difficulté à retrouver un emploi conduirait à un nombre accru de séparations dans les couple, mais aussi à l’apparition ou à l’aggravation de violences, mais il pourrait également peser sur la réussite à venir des enfants.

Une situation de chômage « diminue de 12 points la probabilité d’obtention du baccalauréat ».

Selon le rapport, il serait nécessaire de revoir les conséquences directes de la perte d’un emploi sur les quotidien des Français, alors que celles-ci seraient grandement sous estimées.

Un bilan de santé accompagné d’un soutien psychologique, d’une campagne d’information et de sensibilisation ainsi que « l’inscription de la précarité sociale parmi les critères de discrimination prohibés par la loi«  ont notamment été préconisés.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !