Fin du monde : Découvrez 5 catastrophes susceptibles de la provoquer à tout moment

Pour Hollywood, la fin du monde viendra probablement d’un méga tremblement de terre ou d’un astéroïde géant qui s’écrasera un jour sur notre bonne vieille planète. Et là nous nous rassurons tous en nous disant que la probabilité pour que ça arrive reste infime. Ce qui n’est pas faux.

Pourtant, il existe sur Terre et parfois même à l’intérieur de la croûte terrestre, des phénomènes qui pourraient eux aussi conduire à un cataclysme planétaire et ce dans de plus fortes probabilités. Découvrez avec nous 5 catastrophes susceptibles un jour de provoquer la fin du monde.

1 – Les supervolcans

supervolcan

Si les éruptions volcaniques dites classiques peuvent occasionner de dramatiques dégâts sur les populations vivant aux abords des volcans, elles ne sont pas assez puissantes pour impacter la planète entière. Pourtant, il existe sur Terre 7 supervolcans comme sur les sites de Yellowstone dans le Wyoming, Long Valley en Californie, Toba en Indonésie, Taupo en Nouvelle Zélande et les Trapps de Sibérie.

Chacun d’eux s’il entrait en éruption serait capable de rejeter plus de 1 000 km3 de braises et de cendres à plusieurs milliers de kilomètres autour de leur cratères qui resteraient dans l’atmosphère pendant plusieurs jours provoquant un hiver nucléaire. En comparaison, leur réveil serait à l’allumette la force nucléaire, soit un cataclysme planétaire. Un événement de ce type s’est produit sur le Lac Taupo dans la caldeira rhyolitique située en Île du Nord en Nouvelle-Zélande il y a 26 500 ans environ.

À noter également que le supervolcan de Yellowstone est en retard de 20.000 à 30.000 ans sur son cycle. Un réveil pour bientôt ?

2 – Les Verneshots

fin du monde verneshot

crédit : survivalisme-survie

Les Verneshots sont de gigantesques explosions souterraines situées aux alentours des plaques tectoniques. Si l’un deux se produisait, il enverrait balader un morceau de croûte terrestre dans l’espace avant qu’immanquablement nous le voyions retomber.

Un Verneshot est une explosion due à une remontée de gaz CO2 contenu dans le magma et bloquée par une bout particulièrement solide de croûte terrestre. Une bulle se forme donc en dessous, une déformation apparaît en surface, des fissures se créent et c’est l’explosion.

Un ou plusieurs morceaux de Terre sont alors projetés dans l’espace pour retomber ensuite tels des astéroïdes cataclysmiques. Deux de ces explosions mortelles sont déjà produites dans l’histoire de la planète bleue, il y 251 millions d’années puis il y a 65 millions d’années. La première avait anéanti 96% des êtres vivants sur Terre et la seconde le règne des dinosaures.

3 – La disparition du Gulf Stream

disparition gulfstream

crédit : notre-planete

Le Gulf Stream est un courant qui circule entre la Floride et l’Europe Occidentale apportant eau et air chauds sur le Nord et l’Ouest de l’Europe qui sans ça, s’apparentaient à quelque chose comme la banquise.

Or, des observations scientifiques constatent que depuis 1992 sa température a déjà baissé de 30%, refroidissement du au réchauffement climatique et à la fonte des glaces qui en résulte.

Vous vous demandez comment un courant marin pourrait mener à un cataclysme planétaire ? Ici pas d’explosion, mais des tempêtes majeures plus violentes et plus fréquentes, la libération du gaz à effet de serre contenu sous les océans et la mort du phytoplancton, donc des poissons qui s’en nourrissent. Tous ces facteurs entrainement rapidement le déclin de l’humanité par les catastrophes naturelles successives et la manque de nourriture.

Les spécialistes estiment que d’ici à 2100, un changement déterminant pourrait intervenir dans la nature du Gulf Stream et faire baisser d’environ 4° les températures moyennes des régions concernées.

4 – L’obscurité sur la Terre

soleil obscure

Le Soleil c’est la vie. Tant au niveau de l’humeur que de la biologie. Ou autrement dit, sans Soleil, pas ou peu de vie. Non seulement il nous apporte la lumière mais aussi la chaleur sans laquelle la Terre serait comparable à Pluton, une planète (naine) de glace.

Et il se pourrait que cela se produise un jour dans la mesure où la pollution générée par l’humanité bloque de plus en plus les rayons du Soleil et est déjà en train de bouleverser le climat. Le filtre créé par les particules engendre également une accumulation de micro gouttes d’eau qui par leur présence augmentent le densité et la brillance des nuages renvoyant ainsi la lumière qui nous est nécessaire, dans l’espace.

Mais au delà de rendre notre atmosphère plus sombre, la pollution de l’air provoque également des pluies acides, un smog tenace au dessus des villes toujours plus nombreuses, des sécheresses dans les régions humides comme des pluies diluviennes ailleurs.

Au delà de ça, une conviction populaire erronée voudrait que si nous réduisions la quantité de nos émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement climatique n’en serait qu’aggravé à cause de l’astre solaire. Bref, avec ou sans le Soleil, c’est voué à l’échec ?

5 – Les bulles de méthane

bulles methane

crédit : colecionadoresdeossos

Le fond des océans nous réserve encore bien des secrets, pourtant nous connaissons déjà la terrible vérité des échappements de méthane sous-marins. Le principe est même assez simple.

Le réchauffement climatique, encore une fois, entraîne le réchauffement et le dégel de ce que l’on appelle le pergélisol, partie des sols de notre Terre gelée en permanence. Ce dégel provoque la libération de grande quantité de méthane un des pires gaz à effet de serre, qui lui aussi réchauffe la planète et donc engendre un dégel encore plus important.

Ces bulles de méthane ont déjà été libéré massivement dans l’atmosphère deux fois au cours de notre histoire ; la première il y a 256 millions d’années avec le résultat que l’on connait à savoir 96% d’extinction de vie sur Terre et la seconde il y 55 millions d’années qui avait littéralement anéanti l’environnement pour 100 000 ans.

À votre avis, quelle sera la première à nous être fatale si cela devait être le cas ?

Source


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !