La fessée jugée inefficace et même dangereuse pour les enfants

De plus en plus controversée, la fessée reste pourtant particulièrement utilisée par une très large majorité de parents dans le monde.

Toutefois une étude américaine nous apprend aujourd’hui que ce type de punition pourrait être totalement inutile et à l’origine de trouble comportementaux chez l’enfant. De quoi se faire un avis plus précis.

claque fessee enfant

Fessée : Rébellion et comportements indésirables à la clef

Alors que selon l’Unicef en 2014, 80% des parents utilisaient plus ou moins régulièrement la fessée pour punir leurs enfants et ce où qu’ils se trouvent dans le monde, celle-ci serait à l’origine de nombreux effets contraires à celui souhaité.

Pour en savoir plus, une équipe de chercheurs des universités du Texas et du Michigan aux États-Unis s’est penchée sur l’ensemble des études publiées ces cinquante dernières années et relatives au sujet de la fessée chez les enfants avant d’en faire une compilation présentée à l’American Psychological Association.

Ces données concernant pas moins de 160 000 enfants, il s’agirait de l’étude la plus complète jamais réalisée et ses conclusions sont effrayantes.

D’après les chercheurs, administrer une fessée à un enfant, c’est-à-dire une claque sur les fesses ou ailleurs sur le corps avec la main ouverte, engendrerait pour le moins une sorte de rébellion qui pourrait aller jusqu’à installer des troubles du comportement.

Les spécialistes rappellent que pour le jeune enfant, le monde est un jeu et que son appétit de découverte est plus important que tout. En le brimant, le risque serait de se voir opposer une réaction plus forte encore que le châtiment corporel.

La multiplication des fessées engendrerait logiquement la multiplication des comportements problématiques et leur possible installation dans la durée.

L’enfant qui reçoit une claque subirait une sorte de blocage induit par la peur, la douleur, la surprise et le stress. Son calme apparent résulterait non pas de sa compréhension mais d’un sentiment de déconnexion qui pourrait se rapprocher de la dissociation traumatique.

L’encrage de ces réactions automatiques pourront parfois le conduire à devenir un enfant violent.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !