Fausse couche : Les scientifiques savent maintenant pourquoi elle se produit

Malheureusement plutôt répandue, la fausse couche à répétition est un fléau qui touche 1 femme sur 100. Alors que diverses raisons pouvaient jusqu’à aujourd’hui être invoquées en guise d’explications, des chercheurs britanniques viennent de trouver son origine dans un probable déficit des cellules-souches de la paroi utérine.

grossesse fausse couche

Un déficit en cellules-souches déjà présent avant la première grossesse

La découverte de ces scientifiques installés à l’université de Warwick va peut-être pouvoir changer la vie des millions de femmes à travers le monde qui connaissent de façon répétée l’épreuve de la fausse couche. Selon Jan Brosens professeur d’obstétrique et de gynécologie à la tête de cette étude portant sur 183 femmes :

« Nous avons découvert que la muqueuse de l’utérus chez les patientes concernées par les fausses couches récurrentes était déjà défectueuse avant la première grossesse. (…) Il est probable que nous serons bientôt en mesure de corriger ce défaut avant que la patiente ne tente une nouvelle fois de tomber enceinte. En fait, il est possible que ce soit la seule et unique façon de prévenir les fausses couches de ce type. »

Le vieillissement prématuré de la muqueuse utérine ainsi que le manque de cellules-souches seraient à l’origine des échecs de grossesse à répétition.

Pour Siobhan Quenby, co-auteure de l’étude le véritable challenge sera de réussir à réimplanter ce type de cellule dans la muqueuse de l’utérus, toutefois plusieurs interventions devraient être dirigées ce printemps :

« Notre objectif sera double. Tout d’abord, nous tenons à améliorer le dépistage des femmes à risque par le développement de nouveaux tests de l’endomètre. Deuxièmement, il y a un certain nombre de médicaments et d’autres interventions comme le « scratching endométrial » qui une procédure utilisée pour aider les embryons à s’implanter plus facilement, qui ont le potentiel d’augmenter le nombre de cellules souches dans la muqueuse de l’utérus. »

Sur les 183 patientes volontaires pour l’étude, toutes celle qui avaient subi au moins trois fausses couches se sont révélées souffrir d’un déficit de cellules-souches au niveau de la muqueuse utérine.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !