Eurovision 2017 : la chanson française fait déjà l’objet d’une polémique

Cela fait quelques semaines que nous connaissons la représentante de la France à l’Eurovision 2017. La chanteuse Alma y interprétera le titre Requiem. Alors que celui-ci a été remanié dernièrement avec l’ajout d’un passage en anglais, l’initiative fait déjà polémique.

Au nombre des multiples candidatures pour représenter la France à l’édition 2017 de l’Eurovision, c’est celle d’Alma qui a été retenue avec sa chanson Requiem que nous avons découverte il y a de cela quelques semaines. On pouvait facilement se dire que la chanteuse qui était jusque là très peu connue ferait beaucoup parler d’elles avant l’événement qui se tiendra le 13 mai prochain à Kiev.

Vous apprenions la semaine dernière que le texte de sa chanson Requiem avait été modifié pour compter un passage en anglais, histoire de toucher un public plus large. Elle a déclaré au Parisien qu’elle veut ce faisant « mettre toutes les chances de son côté ». « On fait tout pour être aimé des étrangers, car ce sont eux qui voteront pour la France (…) l’Eurovision, c’est comme une campagne politique ».

Cette initiative n’est toutefois pas au goût de tout le monde, notamment des défenseurs de la langue française. Ainsi, André Vallini, le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement s’est indigné via son compte Twitter d’une « mondialisation anglicisée ». Jusqu’en décembre dernier, l’homme politique était le secrétaire d’État chargé chargé du Développement et de la Francophonie.

” Face à la mondialisation anglicisée, la francophonie est une force : défendre le français = défendre la France, mais aussi la diversité culturelle “.

S’il dit souhaiter la victoire de la France, il n’a pas manqué de relever la non-validité de l’argument selon lequel l’anglais permettrait de ratisser large. Il rappelle pour cela que les “5 victoires de la France à l’Eurovision furent avec une chanson en français”.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !