Espérance de vie : Le stress au travail pourrait la diminuer de 33 ans

Un environnement de vie stressant n’est pas bon la santé, la science a déjà mis en lumière différents maux qui lui seraient liés. Une nouvelle étude vient renforcer cette proposition en avançant qu’un emploi trop stressant pourrait diminuer l’espérance de vie jusqu’à 33 ans.

stress travail
Des chercheurs des universités de Harvard et Stanford viennent de trouver le moyen de déterminer la quantité d’années que nous perdons à subir un emploi trop stressant, celle-ci peut en représenter des dizaines et varie en fonction de nombreux critères comme le niveau d’étude et le sexe des personnes.

Le stress au quotidien tue

Avec le but de réaliser une carte de l’espérance de vie aux États-Unis, une assemblée de scientifiques a choisi de réunir 18 groupes de volontaires répartis en fonction de divers critères comme leurs origines ethniques, leur sexe, leur niveau d’étude et un certains nombres d’aspects liés directement à leur vie professionnelle comme les horaires, la flexibilité, la régularité, l’accord vie familiale vie professionnelle, les avantages offerts ou pas par l’entreprise …

Les résultats, comparés au taux de mortalité annuel sont les suivants ; au plus les postes sont précaires et/ou de bas niveau, au plus les personnes sont soumises à un stress quotidien surtout si leur niveau de compétence est peu élevé.

La précarité, la fréquence avec laquelle l’entreprise procède à des licenciements, la difficulté à trouver un emploi et plus que tout l’incertitude et le manque de choix professionnels sont également à l’origine du stress qui ronge ces couches de la population.

conditions travail
nombre dannes perdues fonction conditions travail
Une autre étude affirme même que les personnes ayant suivi de moins de 12 années de scolarité avaient aujourd’hui l’espérance de vie de travailleurs des années 50 à 60.

Enfin les difficultés ne sont pas les mêmes pour les hommes et pour les femmes. Ces dernières s’accommodent beaucoup plus difficilement des horaires alternées alors que les hommes se plaignent plutôt du manque de stabilité.

Selon cette étude, « il est urgent de créer des conditions de travail plus saines pour tous« . Le Washington Post propose de revoir les règlements intérieurs des entreprises, et vous qu’en pensez-vous ?


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !