Un enfant meurt intoxiqué par un insecticide anti-cafard, vigilance

Le produit a été utilisé par sa mère au domicile familial. Il contenait du phosphure d’aluminium, une substance dangereuse pourtant interdite en vente libre.

anti-cafard

Le garçon de 7 ans est décédé samedi dernier à Paris. Quelques heures plus tôt, sa mère avait utilisé un spray anti-cafard pour venir à bout des insectes qui devenaient de plus en plus envahissants. Les émanations du produit ont entrainé un malaise chez le garçon qui a été conduit à l’hôpital Necker, dans le 15e arrondissement de Paris. Il n’a malheureusement pas survécu.

Le produit incriminé contient du phosphure d’aluminium, jugé suffisamment dangereux pour ne pas être en vente libre. L’on s’en sert généralement pour éliminer les rongeurs et son utilisation « particulièrement délicate » est réservée aux professionnels de la désinfection.

La mère du garçon a confié avoir acheté le spray sur un « marché », ignorant sa dangerosité.   Mais comment cela a pu être possible ? On ne saurait le dire. Toutefois, « celui ou ceux qui lui ont vendu ce produit alors qu’ils n’auraient pas dû le faire sont activement recherchés », selon Le Parisien, qui est le premier à avoir rapporté l’événement. Une enquête a été ouverte et est assurée par la brigade de protection des mineurs de la police judiciaire.

D’après le journal, le frère et la sœur ainée du garçon ont aussi été hospitalisés, ayant été également incommodés par les émanations du même produit. Ils seraient toutefois hors de danger. Le domicile de la famille a dû accueillir une équipe de pompiers qui a été dépêchée pour assainir le lieux.

Cet incident interpelle la vigilance de tous. Même si le puissant insecticide dont il est question est interdit en vente libre, il n’est pas exclu qu’il le soit sciemment ou par ignorance, hors circuit formel, sur un marché par exemple. Dans tous les cas, il faudra toujours jeter un coup d’œil sur l’étiquette et éviter d’acheter de produits chimiques n’étant pas clairement étiquetés.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !