Son drone percute une femme et la rend inconsciente. Il écope de 30 jours de prison

Paul Skinner, un américain de 38 ans vient d’être condamné à 30 jours de prison et 500$ d’amende. Et pour cause : en juillet 2015, son drone avait percuté une femme lors d'une manifestation publique.   

C’est la première fois qu’un homme est condamné à de la prison ferme pour un accident impliquant un drone. Et pourtant, il y en a eu plusieurs ces dernières années, notamment aux Etats-Unis.

En tant que photographe professionnel, Paul Skinner s’était offert un drone dans le but d’effectuer des prises aériennes. En 2015, lors d’une manifestation publique qui se déroulait à Seattle, son engin s’est heurté à un immeuble avant d’échouer dans la foule, percutant une jeune femme à la tête. Celle-ci était restée inconsciente pendant plusieurs minutes. Une deuxième personne, un homme, a également été blessée dans cet incident.

Un juge du tribunal de Seattle vient de condamner Paul Skinner pour  « mise en danger de la vie d’autrui ». Il écope ainsi de 30 jours de prison ferme et de 500$ d’amende. Bien que cela ne représente qu’une fraction de la peine maximale prévue pour ce type d’accusation (jusqu’à  an d’emprisonnement ferme et 5 000$ d‘amende), c’est la première fois que la justice américaine prononce une condamnation à de la prison ferme pour un incident pareil.

Jeffrey Kradel, l’avocat de Paul Skinner a jugé la punition trop sévère, et ce, d’autant plus qu’il était clair qu’il s’agissait d’un accident. Il a déclaré à un journal local qu’il pense que son client est utilisé comme exemple pour effrayer d’autres pilotes de drones.

De son côté, le procureur de la ville, qui avait requis 3 mois d’emprisonnement ferme contre le prévenu a déclaré dans un communiqué qu’il voyait la prolifération des drones comme « un sérieux danger à la sécurité publique » et que si rien n’était fait « la situation ne ferait que s’empirer ».

L’avocat de Skinner a décidé de faire appel du jugement. En attendant le deuxième verdict, le photographe pourra encore jouir de sa liberté.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !