Drogue au volant : généralisation d’un nouveau test salivaire qui simplifiera les contrôles

Avant la fin de l’année, ou début 2017 au plus tard, la conduite après usage de stupéfiant sera mieux traquée grâce à de nouveaux tests salivaires qui simplifieront le processus de contrôle des automobilistes.

drogue-volant

Ce jeudi 4 Novembre, le gouvernement et la sécurité routière ont lancé une campagne de sensibilisation contre la drogue au volant, et elle coure jusqu’au 24 novembre. Le slogan est clair : « fumer du cannabis, c’est illégal. Sur la route, ça peut être fatal ». Les statistiques n’infirment pas cette assertion.

En effet, la consommation de stupéfiants a été liée à 23 % des accidents mortels sur nos routes en 2015. 790 personnes sur 3 461 sont ainsi mortes dans un accident impliquant un conducteur positif aux stupéfiants. Il n’y a donc pas que l’alcool qui soit un danger pour la sécurité routière.

D’après les données de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies, plus de 13 millions de Français auraient au moins une fois goûté à du cannabis et 1,2 million en consommerait régulièrement.

Tout comme le contrôle d’alcoolémie au volant, des tests sont également effectués depuis quelques années pour identifier les automobilistes qui conduisent sous l’effet de stupéfiants. Toutefois, le processus de contrôle et de confirmation est compliqué et coûte cher, mais une nouvelle mesure qui vient d’être annoncée va tout simplifier.

Généralisation d’un nouveau test salivaire plus efficace

Depuis plusieurs mois, ces tests sont expérimentés dans 11 départements. Ses résultats satisfaisants permettent désormais de généraliser son usage dans toute la France d’ici la fin de l’année. Qu’a-t-il de si spécial ?

Jusqu’à présent, les tests salivaires effectués sur les automobilistes doivent être confirmés en cas de positivité par d’autres tests effectués sur un échantillon sanguin. Ainsi, une escorte policière conduit l’individu dans un hôpital où on lui fait une prise de sang afin de faire valider le premier résultat. Ce processus fait perdre du temps et coûte cher.

Les nouveaux tests salivaires expérimentés sont dits « de confirmation ». Ils sont en effet beaucoup plus fiables que les autres tests salivaires et peuvent être utilisés en second lieu pour valider le premier test positif. Le but de son expérimentation dans 11 départements était justement de vérifier cette fiabilité.

Après près de deux ans d’essai, les résultats se sont avérés satisfaisants. La loi santé a donc été modifiée afin de permettre le remplacement de la prise de sang par un second test salivaire. Tout le processus pourra donc désormais se dérouler au bord des routes et être assuré par les forces de l’ordre.

Le test permet de détecter cannabis, cocaïne, opiacés, ecstasy et amphétamines jusqu’à plusieurs heures, voire plusieurs jours après consommation.


Suivez nous sur facebook

Réagissez à cet article !